Le bien-être au travail commence dès le lundi !

Bonjour à toutes et à tous,

Quelques astuces pour les lundis parfois difficiles

today begins

Grand principe

 

 

 

 

 

 

Le matin dès le lever

Commencer sa journée en créant une atmosphère positive et inspirante. Ecouter de la musique douce, faire quelques étirements (tranquillement et sans forcer), faire quelques minutes de méditation, prévoir de prendre le petit-déj avec les enfants ou au contraire prévoir ce moment pour être seul face à soi-même. S'occuper de soi, changer le train-train : changer la boisson matinale, changer l'organisation de son lever, être dynamique et enthousiaste mais pas trop. Trouver des solutions pour faire en sorte de sortir d'une routine qui trop souvent nous empêche de prendre du plaisir et ce dès les premières heures.

 

31j +++

 

 

 

 

 

 

Objectifs

Le but est de commencer sa semaine et surtout son lundi avec une envie profonde, pratique et concrète de prendre du plaisir à faire les choses. On pourra par exemple établir un planning journée par journée de ce que l'on souhaite accomplir tout au long de la semaine. Jeter ses idées sur le papier comme pour un "brain-storming".

Exemple : choisir et commander ou acheter le livre que j'ai vraiment envie de lire depuis si longtemps, prévoir le sujet du blog que je souhaite mettre en ligne, demander un entretien à mon manager pour savoir si il a prévu des solutions pour améliorer notre collaboration et renforcer notre efficacité, contacter un organisme pour une formation que je souhaite faire, m'inscrire à une association pour exercer mes talents de prise de parole face à des groupes, quels axes je choisis de privilégier dans la gestion de mon temps, quelles sont mes "vraies" priorités cette semaine ... ?

Le début de semaine

Commencer "son" lundi non pas en répondant "comme un lundi" à la question comment vas-tu. Montrer plutôt une grande confiance en soi en étant positif face à son interlocuteur : " le lundi est comme chaque journée, un vrai renouveau". Ca permet de ne rien dire de précis - toujours éviter d'éveiller la jalousie de son interlocuteur - en même temps je montre ma tranquillité d'esprit et mon calme olympien.  En profiter pour organiser ou ré-organiser son bureau, pour personnaliser son espace de travail pour y mettre une touche "perso" si ce n'est pas déjà fait ou changer les photos un peu trop anciennes des personnes que j'aime.

 

Organiser son travail par tâches

gestion-du-temps1601

Le temps se priorise aussi

Toutes les journées sont soumises à la dictature de l'urgence. Il est donc indispensable de visualiser ses priorités. Organiser son temps de travail par tâche de 45 mn. Pourquoi ? Parceque c'est le temps pendant lequel notre cerveau atteint son pic de concentration. Ne pas oublier de faire des pauses de 3mn régulières pour relâcher la pression et prendre des temps de respiration et de récupération. Inspirer et expirer profondément.

Le mercredi est pour celles ou ceux à 80% la journée de repos de la mi-semaine. Repos ? Pas vraiment, en fait cela consiste à s'occuper des activités des enfants, de l'organisation et de la gestion du foyer, des clients qui me pressent malgré mon 80%. Pour ces personnes, il faudra également établir son planning pour que cette journée soit un aussi un plaisir à partager et non pas une pré-occupation sous-jacente tout le lundi et le mardi... Pour les personnes à plein temps, en profiter pour réfléchir sur les actions menées le lundi et le mardi et continuer sur la même lancée ou reconsidérer une position, les axes à définir ou ceux à modifier.

Mesurer la performance

Toujours prendre du temps pour mesurer les actions et leur résultats afin de se donner le moyens de faire des choix sur ce qui marche vraiment (loi de Pareto). Toujours identifier ses voleurs de temps et les éliminer simplement et efficacement.

Le jeudi est pour ma part toujours un jour sympa, pas particulièrement parcequ'il est l'avant-dernier jour avant le week-end mais plutôt parceque j'ai souvent encore plus la pêche ce jour là. Et vous, avez-vous une journée pendant laquelle vous vous sentez encore plus au top ? 

L'après midi du vendredi est la période bilan de la semaine : quels ont été mes avancées sur mes sujets par rapport à lundi ? Où en sont mes projets à court, moyen et long terme ? Quels sont ceux qui sont réellement prioritaires et qui doivent être bouclés avant la fin de l'année, quelles sont les freins auxquels je vais devoir faire face ? Les résultats que j'ai obtenus sont ils à la hauteur de ceux que j'avais prévus ?  En profiter pour se féliciter ne pas s'accabler inutilement si la réussite n'est pas encore au rendez-vous et en déterminer les causes : intervenant indisponible de la semaine, problème indépendant de moi, en cas de responsabilité dans l'échec, toujours en tirer en tirer parti.

 


20 mai 2016

Jusqu'ici tout va bien !

Burnout, souffrance au travail, harcèlement : les gros mots que personne ne prononce sauf quand il est trop tard.

 

lumière


A la question comment abordez-vous les thématiques liées à la performance et au bien-être, voilà ce que nous entendons le plus souvent comme réponse de la part des salariés comme des dirigeants : "Tout va bien, chacun fait son travail, et les résultats sont bons, c'est parfois difficile mais on a pas le choix, c'est comme ça, le stress c'est utile et ça fait avancer". A quel prix n'est pas la question. La tendance n'est pas à l'apaisement comme vous le savez. Les 3 millions de personnes estimées exposées de près ou de loin au burnout ne sont pas un problème mais la partie évidente de ceux qui sont choisis pour payer le prix de cette performance dans la souffrance, la violence et l'inhumanité.

plot danger

Nous voyons bien que l'atmosphère n'est pas bonne, que les tensions sont palpables et que les différentes problématiques liées à la performance sont finalement celles des moyens mis en oeuvre pour l'atteindre. Et là, pas de quartier : on la veut et on la cherche à tout prix. Mais qu'est-ce qui se cache derrière ce terme si souvent mis en avant ? Des chiffres, toujours des chiffres, des calculs de rentabilité, des ratios qui ne reflètent que le côté émergé de l'iceberg. Et en fait peu importe comment atteindre cette performance pourvu qu'on ait l'ivresse. L'ivresse relative à ce sacro-saint taux de croissance qui rend la majorité des entreprises avides et destructrices, inhumaines et sans scrupules. Plusieurs noms me viennent à l'esprit : monsanto, bayer, h&m, danone, nutella Ferrero, shell... La liste est longue et non exhaustive. Bien que l'on sorte du caractère "souffrance au travail", on voit bien le prix que nous payons à travers les problèmes environnementaux, de santé publique, ou de fraudes fiscales.

Lorsque l'on gratte et qu'on essaie de comprendre le terme de performance on ne comprend finalement pas toujours ce que cela reflète vraiment. La première référence qui se relie au mot performance, c'est celle liée au sport qui représente la culture de l'effort, l'école de la vie à travers les épreuves, les joies ou les défaites, les chutes et les victoires, les avancées ou les reculs. Mais à quel prix cette performance est atteinte ? C'est souvent dans la douleur et la compétition, dans la domination et l'écrasement de l'adversaire que l'on prend le plus souvent comme un ennemi. Et cette transposition faîte dans les entreprises où l'esprit de compétition est exactement le même rend l'ambiance de travail souvent exécrable où règne la suspicion. Tout le monde le sait, le sent et le dit, mais rien n'est fait pour que ça change. La première partie de la citation "Seul on va vite, à plusieurs on va loin" est la maxime la plus appropriée pour décrire l'état de lutte intestine permanente dans lequel survivent les équipes. Le seul vrai moment où on va commencer à réfléchir réellement sur le fond, c'est quand le nombre de suicides ou de burnout commence juste à devenir un peu trop voyant et que cela commence à faire tâche et à écorner l'image des marques. L'ancien groupe Orange/France Telecom en est le plus frappant exemple. Le pire c'est que tout le monde sait ce qui se passe vraiment. La culture du chômage, de la peur, de la méfiance de l'autre entretiennent ces situations et en font finalement l'apologie inconsciente. 

 

Untitled design(2)

Pourtant il existe d'autres approches : le travail collaboratif, la libéralisation du travail, le management agile, tout ces termes qui sont à la mode et qui constituent les nouveaux modes de travail. Mais l'inertie est lourde et omniprésente, l'autre citation "Pourquoi changer, on a toujours fait comme ça ?" est malheureusement plus puissante. Que ce soit à titre individuel ou collectif. Chacun est responsable de sa personne et c'est en changeant ce que l'on est et ce que l'on renvoie à l'autre que l'autre change. La première approche à mettre en oeuvre de fait est de faire un audit de la performance sur tous les sujets : l'autonômie au travail des employés, les contraintes liées à la sur-charge de travail, l'organisation et le leadership, le bien-être psychologique, le vécu au travail... Une fois cet état des lieux effectués, des suggestions de plans d'action sont élaborées.