04 octobre 2013

Le stress outil de performance ou fléau contemporain ?

Stress or no stress that is the question ?

Sujet largement débattu sur les réseaux, dans les médias et dans les entreprises, le stress est depuis quelques temps soumis à rude épreuve !

Le terme de stress doit-il être associé à une connotation péjorative ou est-il, comme l'affirme certains, un moyen d'atteindre plus de performance, un moteur permettant à tout un chacun de se dépasser ? Et si oui, jusqu'où ?

Les réponses à ces questions dépendent en fait à la fois de la personne à laquelle on la pose, le poste qu'elle occupe, sa carrière, ses responsabilités et son engagement dans telle ou telle organisation. En fait les réponses données dépendent avant tout de la manière de voir la vie, la réussite, le parcours personnel et professionnel ainsi que l'approche des phénomènes liés au stress.

Moteur ou fléau ?

Pourquoi le stress représente pour certains un moteur ou un levier de performance et pour d'autres il est source d'angoisse, de peur, d'échec, de risque psycho-social ?

Le rôle du management


Jusqu'à un certain niveau, le stress pourrait peut-être qualifié de moteur effectivement, de contrainte qui pousse certaines personnes à agir plus ou à être plus dynamique et entreprenante que d'autres. Certains ont en effet besoin d'être boosté, motivé, poussé, dirigé. Mais n'est-ce pas le rôle du management de connaître les hommes qui composent les équipes ? Ne doit-on pas, en l'ocurrence savoir adapter notre attitude, notre comportement, bref nos relations humaines en fonction des personnes à qui on s'adresse ? Travailler sur du cas par cas semble souvent trop fastidieux et trop énergivore, la tendance étant tellement souvent sur la gestion à court terme, il est logique que la connaissance de l'humain au sein des équipes ne soit pas la priorité.
Et pourtant... Plusieurs études démontrent clairement que le stress et les phénomènes qu'il engendre sont une cause majeure de perte de performance, de rentabilté, d'argent. 

Reste effectivement à savoir où commence le risque qu'il représente, encore une fois pour certains et pas pour d'autres. Ce qui est certain c'est que ce sujet s'il est mal abordé, est le terreau de malentendus, de conflits, de risque psycho-social, de burn-out.

Il me semble, mais cela est très personnel, que le stress est un terme à vocation négative. Ne pourrait-on pas utiliser "mettre une pression positive", la capacité à motiver, à développer, à engager les collaborateurs ?

 

Quelles sont les causes du stress ?
"Le fameux pourquoi suis-je tout le temps stressé(e) ?

Pourquoi est-il source de malentendus, d'incompréhension, d'interprétation ?

Tout d'abord il a longtemps été considéré comme un sujet tabou. Jusqu'à ce que pose de vrais problèmes de souffrance au travail avec les nombreux cas de suicide dans des grands groupes très connus.

Les origines du stress sont internes et/ou externes, liées au présent par les émotions provoquées par certaines attitudes ou comportement dans certaines situations, liées au passé par rapport à un parcours personnel difficile (enfance, adolescence) et pour finir lié au futur quand des d'évènements à venir sont source de changement (naissance, licenciements, changement d'organisation...

Le passé est la source de stress, la plus compliquée à gérer. Il s'agit en fait de notre histoire dont il s'agit, de notre personnalité, de notre vécu. Nos comportements et habitudes se sont transformées en croyances avec le temps et il s'avère difficile de les modifer sans l'accompagnement d'un spécialiste. Gandhi disait : "nos pensées font nos actes, nos actes font nos attitudes et nos comportement, nos attitudes & comportements font nos croyances et nos croyances font notre destin".

Le stress dans le moment présent est principalement lié aux émotions. Celle-ci sont provoquées, elles créent des réactions souvent aussi inattendues que l'évènement ou la personne qui les a provoquées. La situation vécue à ce moment présente peut ramener au passé d'où parfois des réactions fortes voire violentes. Ces deux types de réactions sont simples et de deux ordres : la fuite ou le combat.

Pour le futur proche (la journée, semaine ou mois) ou moins proche (3 à 6 mois, 1an ou plus) le changement est la source principale de stress. Chaque situation devant changer tout de suite, demain ou après-demain est source de peur, d'inconnu, d'incertitude et d'angoisse.

 

Comment mieux appréhender ces situations présentes et/ou futures ?

stop stressing

En prévoyant, en relativisant surtout, en prenant les différents éléments de stress et en les classifiant par ordre d'importance de manière à les remettre à leur place, dans le temps, et dans l'espace. Qu'est ce qui finalement n'est pas si important ? Se préparer au pire est une autre façon de voir les choses. Pour certains cela peut être perçu comme négatif. C'est à considérer selon la personnalité de chacun.

Des techniques de respiration, de pleine conscience, de méditation sont des solutions éprouvées pour réussir à gérer le stress afin de ne pas en être dépendant. Le but est justement de relativiser, de se recentrer sur soi et de ne pas permettre à l'extérieur de nous impacter en traîtant à la source le problème.

Il faut avant tout préserver votre énergie. Le stress a entre autres comme effet de vous contracter, de vous "bloquer" au niveau des trapèzes, des épaules et du cou.

 

1/ La respiration consciente pierre angulaire

Vous devez retrouver une vraie respiration consciente en inspirant profondément et en relachant le haut de votre corps à l'expiration. La respiration est la pierre angulaire de toute technique de gestion du stress.

Que ce soit le yoga, la sophrologie, la relaxation, la méditation, toutes ces pratiques (et il y en a d'autres !) sont basées sur la respiration. Entraînez-vous à respirer... comme un bébé, soit avec l'abdomen.

Détendez le haut de votre corps grâce à ces techniques est déja excellent et cela peut se faire presque n'importe où.

2 / Le sommeil et le repos

Se reposer (y compris au bureau par des micros-siestes de quelques minutes) et bien dormir sont des très gros facteur de réduction du stress. Un bon sommeil réparateur est un moyen simple et efficace. Conseil allez sur youtube et tapez relatxation ça vous permettra de trouver des entraînements simples et à la portée de tous et vous permettra d'avoir un sommeil de meilleure qualité.

3 / Le sport

Vous dépenser sans vouloir aller dans la souffrance, sans forcer et en tenant compte de ce que peut vous dire votre corps (début de douleurs, courbature, contractures...) est aussi un bon moyen d'évacuer les tensions. Chacun à son niveau.

N'hésitez pas à ajouter vos commentaires, idées, solutions complémentaires.

 

En espérant que cet article vous a plu sachant qu'il est loin d'être exhaustif.

 


21 août 2013

Innovation et créativité

Penser différemment !

S'adapter, innover et créer : de nouveaux métiers émergent, les nouvelles technologies s'imposent chaque jour un peu plus.  Les procédés mutent et se transforment. Il faut faire plus, mieux, plus vite avec moins. Ces nouveaux défis imposent de nouvelles approches, des méthodes de travail créatrices et réactives, en phase avec les nouvelles exigeances.
Il faut avoir à l'esprit que le stress qui peut avoir un pouvoir stimulant peut aussi s'avérer être un frein puissant qui annihile toute approche créatrice. Sans une vue globale, sans recul, sans réflexion, pas de solution innovante.
La solution la plus simple pour ne pas être dépendant du stress est tout d'abord de faire le point, d'organiser les sujets à traîter, les problématiques, et de rassembler les éléments sur lesquels nous exercons une influence directe . Ceci permettra alors d'aborder les sujets avec une vision plus large, et également plus profonde et donc plus en phase. Des techniques comme la méditation, la sophrologie ou le yoga constitue des outils indispensables pour construire un nouvel état d'esprit. Beaucoup de grandes groupes commencent à utiliser ces techniques pas du tout nouvelles.
"Les règles sont utiles aux talents et nuisibles aux génies". Victor Hugo
"Il est plus facile de sortir de Polytechnique que de sortir de l'ordinaire". De Gaulle
"Il n'y a pas d'innovation sans désobéissance." Michel Millot
"Une personne qui n'a jamais commis d'erreur n'a jamais tenté d'innover". Einstein
"Tout le monde peut innover si sa vie en dépend". Akio Morita

Posté par stephanedabas à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2013

Nouvelles citations !

Bonjour à toutes et à tous,

 

voici quelques citations sympatiques à partager si bien-sur vous les appréciez également !

"Il n'y a pas d'émancipation possible sans la prise de conscience explicite de ce par quoi on est asservi, et plus fondamentalement sans la conscience même de l'asservissement, jusque-là étouffée, anesthésiée par les habitudes et les poids des conformismes".

Alain Accardo

 

"Celui qui est capable de marcher derrière une musique militaire n'a pas besoin de cerveau : une moëlle épinière lui suffit".

Albert Einstein

 

"Deux choses sont infinies : l'univers et la bêtise humaine, pour l'univers, je n' en ai pas la certitude absoue."

Elbert Einstein

Posté par stephanedabas à 15:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2013

Appels ou E-mails ? Quelle est la meilleure des techniques de prospection ?

Les e-mails et les appels téléphoniques sont les deux premiers outils de prospection. Vous êtes-vous demandé lequel de ces outils occuppe la première position ? Convertir un prospect en client dépend du premier contact ! L'intérêt du prospect se construit lors des premières secondes. En réalité, ni le mail ni le téléphone ne prend vraiment le pas sur l'autre mais chacun correspond à une situtation, un objectif, une approche.

 

Les e-mails

Ils sont le moyen le plus efficace lorsqu'on a pas assez d'informations sur un client, ou si l'on ne sait pas s'il constitue pas encore une vraie opportunité. Ne perdez pas de temps en coups de fils chronophages. Vous pouvez automatiser vos e-mails et insérer le contenu et des outils qui vous permettront de par le tracking de comprendre ce qui  intéresse le(s) prospect (s). Une campagne e-mail peut développer la conscience pour la marque et fournir de vrais contacts.

 

Le téléphone


Le téléphone permet d'établir une connection concrère avec le prospect. Ils permettent de transmettre votre personnalité plus qu'un e-mail ne le fera jamais. Quand votre recherche est positive et que le prospect constitue une opportunité réelle, appellez toujours avant d'envoyer un e-mail. Les appels téléphoniques sont réellement efficaces car ils incitent fortement à la conversation et à l'action. Les e-mails sont facilement effaçables. Un prospect peut effacer un e-mail ou en reporter sa lecture. Au téléphone, le prospect interagit dès qu'il a décroché son combiné il est déjà "impliqué". Les e-mails arrivant dans un flot global "multi-task" se perdent souvent dans une information globale sans fond. Un appel téléphonique exige l'attention. Si vous êtes convivial, souriant, agréable au téléphone et que vous voulez avoir une chance de vendre, passez un coup de fil d'abord.

 

Les e-mails sont une étape de prospection nécessaire mais les appels téléphoniques sont bien plus impactants pour un premier contact. L'intérêt créé sur le prospect lors d'un premier appel encourage l'interlocuteur ou l'interlocutrice à répondre à de futurs mails. Envoyer un e-mail suite à un coup de fil est la meilleure pratique. Si vous laissez une série de messages vocaux, vous pouvez être sûrs que votre prospect les écoutera. Si vous parlez à un prospect au téléphone, le suivi par des remerciements par e-mail  constituera une opportunité additionnelle de faire avancer la relation et offrira aux prospect d'opter pour la solution qu'il préfère utiliser.


 

 

Posté par stephanedabas à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2012

Le mail source de malentendu ?

Rédiger un mail est un exercice à priori extrêmement simple. En réalité, l'exercice peut s'avérer compliqué.


Communiquer par l'intermédiaire d'un ordinateur, et par e-mail n'est pas aussi facile qu'il y paraît. Bien que nous ayons le même objectif qu'en situation de face à face, nous ne pouvons transmettre par informatique ni notre personnalité, ni notre humilité, ni notre authenticité.

Pas d'expression du visage, pas de regard, pas de langage corporel, d'où un risque accru d'incompréhensions. Un message mal rédigé, impersonnel,  trop direct, trop court ou trop long, ou simplement inadapté peut être porteur de grave malentendus.


Soyons d'autant plus clairs et précis quand il s'agit de messages déposés sur des forums de discussion, sur des blogs..., sur des aires d'expression digitales. Plusieurs lois sont à respecter :

- utiliser une signature et une présentation personnelle concise mais claire,

- suivez le conseil de Dale Carnegie en vous adressant à votre interlocuteur par son nom et son prénom,

- n'utilisez jamais de lettre majuscule, ça tue votre interlocuteur,

-  soyez au top sur l'orthographe et sur la grammaire,

 - répondez simplement aux sollicitations sur les réseaux sociaux,

 - évitez le trop d'exclamations, les excès dans la forme.

 

Conclusion : soyez simple et clair. Même si vous ne disposez pas de votre langage corporel pour communiquer qui vous êtes, sachez transmettre ce qui fait votre personnalité, votre marque de fabrique, vous ! Cela peut se faire simplement par une photo, par une accroche, par une citation. Vous pouvez personnalser au mieux votre message et faire en sorte qu'il soit non-seulement compris, mais qu'il soit impactant pour celui qui le reçoit.

Merci à vous, à très bientôt.

 

Posté par stephanedabas à 20:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2012

Citations

"Le premier sot venu peut essayer de justifier ses erreurs, c'est d'ailleurs ce que font tous les sots. Mais l'homme qui reconnaît ses erreurs s'élève au-dessus de la masse. Il connaît une joie noble et rare.

Dale Carnegie

 

 "C'est en cherchant l'impossible que l'homme a toujours réalisé le possible. Ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait possible n'ont jamais avancé d'un seul pas".

Bakounine

 

Posté par stephanedabas à 10:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2012

Management & Leadership

Le point le plus embarassant du Leadership est d'être conscient qu'en plus d'avoir un rôle déterminant dans la réussite de l'équipe, le leader est tout autant le premier désigné en cas d'échec.

En tant que nouveau responsable, la mise en place d'un univers pour collaborer positivement ne devra pas prendre le pas sur l'importance de l'excellenece des résultats des membres de l'équipe, cela doit passer par la confiance indispensable que doit avoir l'équipe dans le leadership du manager.


Voici donc plusieurs atouts pour réussir dans ce poste.

Ces atouts transformeront votre nouveau job. D'une montée en puissance timide et difficile, vous en ferez une chance inouïe de développement.

1 - Communiquer pour gagner

Une communication claire est un élément important dans la construction du succès relationnel - le relationnel entre l'équipe et le leader n'est pas différent -.
Exprimez vos idées avec clarté, assurez-vous que les employés comprennent ce que vous leur dîtes. Créez un environnement de conversation amical et donnez aux collaborateurs la liberté d'exprimer leurs pensées et leurs attentes. Les membres de l'équipe seront plus en phase avec un leader avec qui ils communiquent ouvertement.

2 - La faute de départ peut se convertir en opportunité

Encouragez la créativité en permettant aux membres de l'équipe de se tromper. S'ils savent qu'ils ne leur sera pas tenue rigueur d'arriver avec une solution atypique, ils seront plus enclin à sortir du cadre pour plus de créativité, en favorisant plus d'idées innovantes.

 

3 - Regardez devant : exprimez votre vision du futur.

Un leader avec un plan est plus facile à suivre. Une fois conscient de l'objectif de l'équipe, chaque membre de l'équipe s'efforcera de prendre part pour participer à l'accomplissement de l'objectif. Ceci en assurant pas seulement la mobilisation de chaque individu, mais surtout en unifiant l'équipe en tant que tel.

 

4 - Partagez votre passion du travail avec vos collaborateurs.

Si un leader est enthousiaste et croit dans son travail, et reconnait les obstacles que l'équipe va rencontrer, l'équipe sera soudée. Ceci est particulièrement vrai dans un environnement où les obstacles et les résultats sont difficilement quantifiables.

 

5 - Connaissez-vous vous-même.

Comme l'a souligné Peter Drucker dans "manager soi-même", l'analyse du feed-back consiste à mettre sur papier vos attentes après avoir pris une importante décision et après 3,6,9 ou 12 mois passés, comparer ce qui est effectivement arrivé. Cela aide les leaders à pointer exactement ce qui a fonctionné et ce qui a échoué, ils peuvent ainsi combler les lacunes dans le futur.

 

Elaborer une stratégie de leadership efficace est encore une part importante et intimidante de la mission du nouveau manager. Avec ces infos, vous pourrez arrêter de vous focaliser uniquement sur votre efficacité de leader.

 

 

 

Posté par stephanedabas à 18:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]