Les 5 rituels matinaux pour vivre ses journées en conscience !

harmonie5

Les 5 bonnes habitudes du lever pour des journées harmonieuses

Un-verre-d-eau

 

1 - Boire de l'eau au lever : pas de quantité imposée, juste se réhydrater après la nuit car notre corps consomme de l'eau en transpirant toute la durée du sommeil. Avoir une bouteille à portée de main même pour boire pendant la nuit.

respiration-profonde

2 -Respirer profondément à l'inspir et à l'expir en sentant bien l'air entrer et sortir de notre corps, de nos poumons, de nos narines, de notre bouche .En profiter pour prendre 5,10 15 minutes selon chacun pour pratiquer la relaxation ou la méditation en ne plaçant son attention sur les battements de son coeur. Depuis combien de temps n'avez-vous pas ressenti votre coeur battre ? Faire en sorte que nos activités habituelles redeviennent des moments vécus pleinement et sereinement dans le plaisir. Cette approche nouvelle va donner le ton à votre journée. En résumé, nous devons profiter du moment présent et de toutes les choses que nous faisons dès les premiers pas, dès les premières minutes de la journée.

Soyez enthousiaste pour ce nouveau lever du jour, pour toutes ces journées qui font que vous vous sentez vivant.

top-3

3 - Définissez les 3 actions les plus importantes de la journée. Quels vont être mes activités de la journée, que vais-je faire pour être efficace tout en évitant le stress ? Organiser ma journée en blocs-temps pour agir, et entreprendre mes actions en allant droit au but. Prévoir des blocs de 45-50 Mn et des pauses consécutives de 3 à 5 ou même 10 minutes, ceci permet d'optimiser la concentration et d'optimiser mon activité cérébrale. Vous pouvez en profiter durant ces quelques minutes vous recentrer sur vous : relire un passage d'un bouquin que vous aimez particulièrement et qui vous inspier, lire un article de blog (si,si...), ouvrir la fenêtre et respirer l'air frais, juste penser à votre coeur qui bat... C'est comme vous voulez. Occupez-vous de vous. Si votre hiérarchique vous dérange précisément à ce moment, dîtes-lui que ça vous fait plaisir de le voir (préparez-vous pour le cas où...) et demandez-lui s'il a prévu un petit moment pour que vous parliez de lui de ce que vous appréciez chez lui (si, si...), osez cet effort. Il ne s'en remettra pas et oubliera la raison pour laquelle il était venu vous voir.

 

 

grateful

4 - Cultivez la gratitude et la reconnaissance : tenez un cahier ou un carnet dans lequel vous noterez les évènements de la journée pour lesquels vous ressentirez et exprimerez de la gratitude. Cela reste évidemment très personnel donc à chacun d'être créatif et innovant !

4492290-damier-noir-et-blanc-en-recul-en-indiquant-la-distance-de-vue

5 - Prendre du recul sur la journée et le temps qui s'écoule et prendre conscience de tout ce qui se passe bien, ce qui vous a apporté du positif, de la joie et du bonheur. Garder toujours la vigilance et la conscience en éveil pour capter les informations auxquelles vous ne pouvez pas avoir accès en étant toujours actif. Cette conscience et cette vigilance vous permettront petit à petit de reprendre votre existence en mains, de ressentir ce qui vous va et ce qui ne vous va pas. Ca vous permettra de vous aimer un peu plus chaque jour.

 

Abonnez-vous à ce blog et si vous n'êtes pas prêt, ou que vous haÏssez les envois intempestifs, vous pouvez toujours liker, commenter, partager cet article, ça me fera vraiment plaisir que cet article ait pu vous avoir apporté un moment agréable vous dans cette journée !


Le bien-être au travail commence dès le lundi !

Bonjour à toutes et à tous,

Quelques astuces pour les lundis parfois difficiles

today begins

Grand principe

 

 

 

 

 

 

Le matin dès le lever

Commencer sa journée en créant une atmosphère positive et inspirante. Ecouter de la musique douce, faire quelques étirements (tranquillement et sans forcer), faire quelques minutes de méditation, prévoir de prendre le petit-déj avec les enfants ou au contraire prévoir ce moment pour être seul face à soi-même. S'occuper de soi, changer le train-train : changer la boisson matinale, changer l'organisation de son lever, être dynamique et enthousiaste mais pas trop. Trouver des solutions pour faire en sorte de sortir d'une routine qui trop souvent nous empêche de prendre du plaisir et ce dès les premières heures.

 

31j +++

 

 

 

 

 

 

Objectifs

Le but est de commencer sa semaine et surtout son lundi avec une envie profonde, pratique et concrète de prendre du plaisir à faire les choses. On pourra par exemple établir un planning journée par journée de ce que l'on souhaite accomplir tout au long de la semaine. Jeter ses idées sur le papier comme pour un "brain-storming".

Exemple : choisir et commander ou acheter le livre que j'ai vraiment envie de lire depuis si longtemps, prévoir le sujet du blog que je souhaite mettre en ligne, demander un entretien à mon manager pour savoir si il a prévu des solutions pour améliorer notre collaboration et renforcer notre efficacité, contacter un organisme pour une formation que je souhaite faire, m'inscrire à une association pour exercer mes talents de prise de parole face à des groupes, quels axes je choisis de privilégier dans la gestion de mon temps, quelles sont mes "vraies" priorités cette semaine ... ?

Le début de semaine

Commencer "son" lundi non pas en répondant "comme un lundi" à la question comment vas-tu. Montrer plutôt une grande confiance en soi en étant positif face à son interlocuteur : " le lundi est comme chaque journée, un vrai renouveau". Ca permet de ne rien dire de précis - toujours éviter d'éveiller la jalousie de son interlocuteur - en même temps je montre ma tranquillité d'esprit et mon calme olympien.  En profiter pour organiser ou ré-organiser son bureau, pour personnaliser son espace de travail pour y mettre une touche "perso" si ce n'est pas déjà fait ou changer les photos un peu trop anciennes des personnes que j'aime.

 

Organiser son travail par tâches

gestion-du-temps1601

Le temps se priorise aussi

Toutes les journées sont soumises à la dictature de l'urgence. Il est donc indispensable de visualiser ses priorités. Organiser son temps de travail par tâche de 45 mn. Pourquoi ? Parceque c'est le temps pendant lequel notre cerveau atteint son pic de concentration. Ne pas oublier de faire des pauses de 3mn régulières pour relâcher la pression et prendre des temps de respiration et de récupération. Inspirer et expirer profondément.

Le mercredi est pour celles ou ceux à 80% la journée de repos de la mi-semaine. Repos ? Pas vraiment, en fait cela consiste à s'occuper des activités des enfants, de l'organisation et de la gestion du foyer, des clients qui me pressent malgré mon 80%. Pour ces personnes, il faudra également établir son planning pour que cette journée soit un aussi un plaisir à partager et non pas une pré-occupation sous-jacente tout le lundi et le mardi... Pour les personnes à plein temps, en profiter pour réfléchir sur les actions menées le lundi et le mardi et continuer sur la même lancée ou reconsidérer une position, les axes à définir ou ceux à modifier.

Mesurer la performance

Toujours prendre du temps pour mesurer les actions et leur résultats afin de se donner le moyens de faire des choix sur ce qui marche vraiment (loi de Pareto). Toujours identifier ses voleurs de temps et les éliminer simplement et efficacement.

Le jeudi est pour ma part toujours un jour sympa, pas particulièrement parcequ'il est l'avant-dernier jour avant le week-end mais plutôt parceque j'ai souvent encore plus la pêche ce jour là. Et vous, avez-vous une journée pendant laquelle vous vous sentez encore plus au top ? 

L'après midi du vendredi est la période bilan de la semaine : quels ont été mes avancées sur mes sujets par rapport à lundi ? Où en sont mes projets à court, moyen et long terme ? Quels sont ceux qui sont réellement prioritaires et qui doivent être bouclés avant la fin de l'année, quelles sont les freins auxquels je vais devoir faire face ? Les résultats que j'ai obtenus sont ils à la hauteur de ceux que j'avais prévus ?  En profiter pour se féliciter ne pas s'accabler inutilement si la réussite n'est pas encore au rendez-vous et en déterminer les causes : intervenant indisponible de la semaine, problème indépendant de moi, en cas de responsabilité dans l'échec, toujours en tirer en tirer parti.

 

La loi de la gestion du temps

Bonjour à toutes et à tous,

Il existe en fait 6 lois assez simples et pragmatiques à appliquer pour bien gérer son temps. Elles permettent, après les avoir lues, de prendre un peu de recul pour reconnaître les lois sur lesquelles on est aligné ou non.

Ces lois précisées ne sont pas des théories mais des principes à suivre !

1/ LA LOI DE PARETO OU DES 20/80

Bonne vieille loi de Pareto !

20 % des tâches apportent 80 % des résultats.

Une minorité de tâches est responsable d'une majorité de résultats.

Pas vraiment de commentaire complémentaire, c'est simple, parlant et clair.

 

2 / LA LOI DE CARLSON (LES SEQUENCES HOMOGENES)

Tout travail interrompu est moins efficace et prend plus de temps que s'il est effectué en continu.

Pour cette loi c'est simple, ne jamais découper ses tâches permet d'optimiser le temps et surtout d'être plus efficace. Une fois que l'on est sur un sujet, une application, l'implication et la motivation employée au départ permet de bénéficier d'un niveau d'efficacité maximal. Le cerveau, c'est connu reste le plus concentré, en général et selon les études, 20 à 25 Mn. Tout est dit.

 

3/ LA LOI DE PARKINSON (AUTO-INFLATION)

Le travail se dilate pour remplir la durée disponible pour son accomplissement.

Si on se laisse dépasser par une tâche et qu'on lui accorde un temps sans délai précis, on utilisera le temps maximal dont on dispose Mettre des délais est donc primordial lorsque l'on est manager. Ou même lorsque l'on travaille de manière autonôme.
Ces délais nous permettent d'être le plus productif possible tout en nous organisant naturellement avec précision et détermination.

 

4 /  LOI DE LABORIT (OU LOI DU MOINDRE EFFORT)

Chacun à une inclinaison à faire d'abord les choses qui lui font plaisir.

On a tous tendance à faire d'abord les choses qui nous correspondent, que l'on connaît, et que l'on a l'habitude de faire.

Cette tendance à parfois pour conséquence la résistance à tout type de changement ou de réorganisation.

 

5 / LA LOI D'ILLICH

Au delà d'un certain seuil, l'efficacité professionnelle décroît.

Eviter de travailler trop longtemps, l'efficacité décroit (la concentration maximale a une durée de 20 à 45 mn selon les personnes).

 

6 / LA LOI DE TAYLOR

L'ordre avec lequel nous effectuons une série de tâches influe directement sur le temps qu'elles nous prennent.

Le taylorisme est un des modèle d'organisation du travail les plus connus qui date du début du 20ème siècle. Faire toutes les tâches répétitives en même temps et de façon systèmatique permet de gagner du temps grâce à une automatisation des gestes ou des tâches que l'on exerce quel que soit le domaine d'activté (production en usine, phoning par exemple).


Excellente continuation à toutes et à tous

Posté par stephanedabas à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le courrier électronique, outil extra-ordinaire de motivation ou moyen de pression ?

Bonjour à toutes et à tous,

j'avais dans mon précédent billet expliqué l'intérêt du mail, les problèmes ou questions que pouvaient comporter sa forme et son fonds mais je n'avais pas abordé l'apect communication interne pure.

Il est en effet important de comprendre les deux faces de cet outill.

Pour certains il s'agit d'en tirer vraiment profit en optimisant son utilisation : lors de la préparation et du suivi d'évènements, lors de l'intervention de tel ou tel, lors du lancement d'un produit ou d'une action commerciale forte, le courriel représentera un moyen rapide et précis de fédérer la ou les équipes. Il permet de valoriser les hommes, de mettre en avant l'importance de la communication interne.

Grâce au mails, on obtient de manière instantanée toutes les informations relatives à la vie interne et externe de l'entreprise. Le bénéfice est simple : chacun peut s'identifier et mesurer son impact, son apport, son rôle dans l'entreprise.

C'est alors un excellent moyen d'optimiser les résultats, de tirer les salariés vers le haut en distillant une information concrète, précise dans laquelle ils se reconnaissent pleinement.

Il faut pour aller dans ce sens mettre en place une dynamique pour faire comprendre l'importance de l'implication individuelle, puis mettre en place un coaching et un suivi précis de la performance de chacun.

Malheureusement, le mail peut parfois se révéler un moyen de diffuser l'information de manière indirecte.

Quand les personnes en copie de message sont des collègues, des hiérarchiques, l'émetteur du message peut utiliser cet outil pour faire pression sur les uns et les autres en minimisant son temps et son énergie. Le mail devient alors un outils affuté et précis pouvant créer dans l'organisation une mésentente implicite et sous-jacente provoquant problèmes, stress, conflits.

C'est dans certains cas une mécanique bien huilée qui s'installe sans qu'on y prête forcément attention ou en tout cas sans prendre conscience de ses effets ni de la volonté non-exprimée d'obtenir tel ou tel résultat.

La forme que peut utiliser le rédacteur de ce type de message est simple, on encense certains, on néglige les autres, on néglige volontairement tel ou tel, sans le dire ouvertement, en le faisant de manière indirecte, ou implicite, sans utiliser de nom ou de prénom mais en laissant entendre évidemment par un nom de poste ou un descritptif précis de qui il s'agit.

Cette manière de faire peut vite devenir une habitude et ainsi créer un climat de tension et d'instabilité permanent où l'encensé d'un jour peut devenir la victime le lendemain.

Vos réactions sont les bienvenues.

Merci à vous !

 

 

 

Posté par stephanedabas à 11:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2017

Je défendrai mes droits

enfant

JE DÉFENDRAI MES DROITS
Je n’ai pas à me sentir prisonnier de quoi que ce soit, ni d’une relation, ni de ma carrière, ni d’aucune circonstance. J’ai reçu toutes les aptitudes dont j’ai besoin pour me façonner une existence heureuse.
Lorsque j’étais enfant mes besoins ne comptaient pour rien dans la balance. Je réprimais mes sentiments et mes besoins, sans en parler. J’étais prisonnier d’une situation destructrice lorsque j’étais enfant et je me sens encore prisonnier. Je dois cependant me rendre à l’évidence que mon désir d’éviter la confrontation est à l’origine de ce sentiment étouffant. L’enfant en moi craint d’être abandonné s’il exprime ses besoins sans détour. En conséquence, je m’embrouille dans des situations destructrices.
Aujourd’hui je briserai ce cycle. Je n’ai pas à me contenter de moins que ce qu’il y a de mieux. Je mérite que l’on me porte du respect. Je laisse échapper un soupir de soulagement alors que je commence à prendre en main ma destinée.
Rokelle Lerner

Posté par stephanedabas à 11:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


24 février 2017

Si nos émotions affectent l'eau, et que notre corps est composé à 80 % d'eau...

eau2

Nous devons réapprendre notre manière de vivre, de boire manger et respirer pour nous former et nous approprier de nouvelles pratiques pour vivre sainement. Ce que nous respirons, buvons et ingérons est la base de l'équilibre nécessaire à notre bonne santé

Selon Hyppocrate le premier médicament est l'aliment. Au-delà de cela nous savons également que l'eau compose 80% de notre corps et jusque 90% de la composition de notre cerveau. La quantité d'air que nous inspirons et expirons à chaque échange d'air modifie puissamment notre système nerveux, nos pensées, notre état d'esprit et notre santé. Je vais m'intéresser dans cet article à la puissance curative de l'eau.

Les bénéfices notoires de boire de l eau tiède le matin a jeun avant le petit déjeuner.

La plupart d’entre nous savent que l’eau est essentielle à notre survie. Nous avons tous probablement entendu les médecins dire qu’il est idéal d’en boire environ huit verres par jour. Ainsi nous buvons par habitude mais si nous savions les bienfaits de cette eau qui circule en nous, on la remercierait à chaque fois, nous devrions d'ailleurs faire de même pour chacune de nos inspirations et de nos expirations.


Cependant ce que la plupart des gens ignorent, c’est que l’eau tiède et l’eau chaude ont d’autres avantages que l’eau froide.

Les bénéfices :

- améliore la circulation sanguine et favorise la santé du système nerveux
- facilite la digestion
- favorise les mouvements de l’intestin (péristatisme intestinal)
- favorise la croissance des cheveux
- empêche les pellicules
- renforce la santé et la vitalité des cheveux
- aide à détoxifier le corps
- prévient l’acné et les boutons
- prévient le vieillissement prématuré
- aide le processus de perte de poids
- aide à décongestionner la gorge et le nez

 

eau

Je prend un bol d eau chaude avec quelques gouttes de citron que je verse à l'interieur, j'y ajoute du jus de gingembre, éventuellement du miel, on peut avoir fait également une infusion de thym ou de romarin ou de sauge. Boire gorgée par gorgée et imaginez que ce liquide à base d'eau circule dans votre corps, cette eau pure, lumineuse et guérisseuse, circule dans tout votre corps et tous vos organes qui se nourrissent de cette merveilleuse energie. J'imagine mon corps renaître, se revitaliser, se purifier, apaiser mon âme et mon esprit. Ressentez cette paix et cet amour en vous, au plus profond de votre âme.

Dernière suggestion : je fais énormément de prières dans mon bol avant de boire. Des prières déjà faites ou des prières d'amour et du coeur toutes simples, avec les mots que vous aurez choisi. Vous serez étonnés des résultats .

Nos pensées et nos émotions affectent l'eau


Le mieux est de prier directement dans une bouteille d eau au préalable et de l'utiliser tous les matins pour cette dégustation matinale .

Article inspiré d'un post de Lionel Roubine.

Posté par stephanedabas à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 février 2017

Dirigeants & Managers : où en est votre leadership ?

 

relation humaine par le cheval

Quel rapport avec les humains ? Au départ, aucun...

Le cheval est sur terre depuis 60 Millions d’années ou plus exactement son ancêtre : Eohippus, grand comme un renard et vivant dans les bois.

Pendant près de 55M d’années le cheval à beaucoup évolué…il est sorti de la forêt et à surtout considérablement grandi…

Homos Sapiens n'apparaît en Afrique orientale qu'à seulement - 70 000 ans. A l'échelle du temps, nous ne sommes que des nouveaux nés par rapport à lui !

Les chevaux ont, jusqu’à très récemment, contribué considérablement au développement de notre espèce d'où notre proximité avec eux.

D’abord en nous nourrissant (aïe pour les végés...), puis en étant domestiqué (3500 ans avant notre ère) Ils nous ont fourni leur force, pour les travaux agricoles, le transport et les guerres…

chevauxliberte1

A notre époque, dans nos sociétés industrialisées, les chevaux nous accompagnent essentiellement pour nos loisirs (promenades, randonnées) et notre appétence pour la compétition (Concours de sauts d’obstacles, de dressages…).

Ils sont aussi le fruit bien souvent d'un certain prolongement narcissique…

Depuis un demi-siècle, les chevaux ont un rôle bien plus noble, bien plus proche et également bien plus profond. Grâce à leur vrais pouvoirs extrasensoriels, ils jouent à la fois le rôle de thérapeute et d'aide aux personnes. Ils nous soignent de nos maladies psychosomatiques ou de nos troubles moteurs (Handicaps, Accidents). Il s’agit de la discipline appelée l’hippothérapie.

L’équithérapie quant à elle s’occupe de l’esprit, du moral, de la personnalité et de ses troubles, (autistiques, dépressifs, anxieux, stress post-traumatique…)

Pour plus d’infos consultez ce lien : http://sfequitherapie.free.fr/spip.php?article42

 

Le cheval sera votre miroir, il ne veut que votre bien !

Depuis peu, les chevaux interviennent maintenant dans certaines formations en développement personnel ; communication, coaching, management, gestion du stress, intelligence émotionnelle…

Collaborer avec les chevaux présentent des bénéfices pédagogiques indéniables.

Il s’agit de travailler avec la relation : la relation inter-espèce.

Lorsqu’on entre en relation avec un cheval, ce qui est frappant, c’est que le cheval réagit à ce qui émane de nous... parfois subtilement, mais toujours dans l’instant.

Il réagit à nos états émotionnels, à notre énergie interne, nos comportements, et même à nos intentions…Or le leadership, est essentiellement constitué de l'image que l'on renvoie aux autres, à l'équipe, aux clients, aux collaborateurs. Qui sommes-nous au plus profond de nous ?

shutterstock_119992030

La matière première de ces stages est la relation Homme – Cheval.

Lorsque nous, humains, sommes en relation avec un cheval, nous ne pouvons « jouer un rôle ». Il n'y a plus de masque. On ne peut être que soi-même…

Le cheval appartient à une autre espèce, et il n’a que faire de nos considérations humaines. Il a ses propres considérations, ses propres besoins… De par sa position de proie dans la chaîne alimentaire. Il a avant tout besoin de sécurité.

Si nous ne sommes pas nous mêmes solide, le cheval ne se sentira pas en sécurité avec nous. Il s’exprimera alors à sa manière. S’il se sent en confiance, il s’exprimera aussi…

La relation et la communication avec cet animal est directe puissante et authentique.

Etre en relation et communiquer avec les chevaux, procure des prises de conscience radicales. Nous prenons alors conscience que, ce qui est en nous, influence constamment toutes nos relations humaines.

Que demandent les équipes, les collaborateurs, la génération Z lorsque ces personnes s'engagent et s'investissent dans une entreprise, un projet, ou un job ? Elles demandent de plus en plus de transparence, d'exemplarité, et d'éthique. D'où l'intérêt de ce type d'approche. 

 

PETIT 110796173

 

Avec la complicité des chevaux, il est possible d’apprivoiser et d’utiliser ce qui est en nous comme on apprivoise un cheval. Dans et avec toute la bienveillance que souvent nous cachons…

Pour vous informer sur ce programme fabuleux et innovant vous pouvez me contacter au 0618191657 ou m'écrire sur le mail suivant : direction@betoohav.com

 

HIPPOLOGIE

 

 

 

Posté par stephanedabas à 12:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2017

Donner c'est recevoir

donner-recevoir

 
 

Posté par stephanedabas à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 janvier 2017

Atelier leadership & Bien-être

template 33 mofifiable-page-001-4

Posté par stephanedabas à 15:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2016

Bien-être au travail : savoir écouter ses ressentis pour agir efficacement

REGENERATION

Passer de la culture du traitement à une vraie et saine prévention des risques liés à la santé

Après avoir rédigé un guide sur les symptômes qui a permis à un grand nombre de personnes de comprendre le processus qui mène au burnout : http://former.canalblog.com/archives/2016/07/01/33993596.html.

Je vous propose à présent ce nouvel article pratique pour entamer une profonde réflexion et une réelle prise de conscience indispensable à toute démarche de plan d'action.

Pourquoi ?  Parce que nous savons pertinemment que nous ne sommes jamais obligé d'accepter les circonstances et les attitudes de certains. Et pourtant, nos réflexions et nos décisions sont souvent bloquées par l'appréhension de tout changement et la peur du lendemain. D'où l'immobilisme, la procrastination, les excuses, les plaintes...

Objectifs :

- échapper impérativement au stress chronique institutionnalisé pour éloigner la peur, les crises d’angoisse et de stress ainsi que la souffrance au quotidien ;

- ne pas faire partie des 3 millions de personnes déjà exposées au burnout (Source Cabinet Technologia 2014).

Pour cela, le vrai enjeu est de passer de la soumission d'une situation à la mise en place de vrais plans d'actions.

La peur est le problème n°1 des personnes qui subissent ces types de situations.

 

Peur de perdre son emploi, peur d'être jugé, peur de ne pas être à la hauteur, peur d'échouer, peur des problèmes financiers... Toutes ces peurs sont la conséquence d'une perte d'estime et de confiance en soi, et d'un état d'esprit où toute affirmation de soi est prise pour de l'agressivité, où toute réflexion et discussion est trop souvent interprétée pour de la faiblesse.

Que faire face à ces constats d'échecs ?

Comment sortir de cette spirale négative ?

La perte de sens dans les tâches qu'effectuent les personnes après une réorganisation, le manque de reconnaissance au quotidien, la déshumanisation du travail, la multiplication des rôles pour un poste, les horaires inhumains et la surcharge de travail sont quelquess racines des maux qui cristallisent toutes ces peurs.

Le seul enjeu doit être l'anticipation et la prévention. Il faut avant tout connaître, comprendre et intégrer tous les signaux transmis par notre corps et notre intuition pour éviter toute cette perte de temps. Parce que dans le cas contraire, le compte à rebours sera enclenché avec tous les risques que cela induit.  D'où l'indispensable connaissance des risques et de leurs conséquences. Aucun tabou. Ne pas vouloir voir et intégrer que des personnes se suicident, deviennent invalides, ou handicapées après un burnout est de la pure inconscience. Il faut impérativement comprendre qu'un évènement de l'ampleur du burnout est avant tout un ultime signal d'alarme qui ne laisse plus d'autre choix que celui de se soigner. Les souffrances physiques et psychologiques accumulées pendant de longs mois voire de longues années sont autant de signaux et de maux subis et enfouis qui n'ont pas été écoutés.

C'est par la connaissance véritable :

- des risques encourus (cancers, AVC, suicides...),

- des séquelles possibles (impotence, paralysie, traitements à vie...)

et par l'écoute quotidienne des signaux clairs que nos corps nous envoient que nous mesurerons à quel point la prévention est aussi une obligation individuelle nécessaire simplement pour se préserver soi.

 

Je sais bien que cela parait toujours too much mais je me dois d'être honnête pour moi-même, pour vous, pour tout ceux qui savent ce qu'ils ont enduré et qui ne referont jamais les mêmes erreurs. Le sujet est trop grave, trop global, trop destructeur. Le seul sujet qui importe, c'est soi. Jusqu'où suis-je prêt à aller pour prendre réellement conscience de ce que je risque et du danger que j'encoure ? Nous devons écouter nos ressentis, notre intuition, les signaux que nous envoie notre corps, nos douleurs, nos migraines, nos insomnies, notre niveau d'irascibilité, notre démotivation, notre tristesse, notre colère...Le corps ne ment jamais, c'est notre maison et il nous informe de ses maux pour nous pousser à agir et non pas pour nous obliger à souffrir.

Il faut éviter à tout prix de tomber dans la spirale infernale qui mène à l'épuisement professionnel en se faisant confiance et en agissant avant tout pour soi-même. Je ne fait pas l'apologie de l'égoïsme ni de l'égocentrisme, je parle juste d'équilibre et d'instinct de survie. Se préserver est prépondérant. Pour cela il est important de se prendre en main. Même si cette société sans contrôle nous infantilise, nous aliène, qu'elle nous fait perdre les pédales, nous avons notre libre arbitre et nous avons la capacité de repenser les vieux schémas pour avancer, même si cela comporte des risques. Les épreuves que l'on rencontre, sont aussi des moyens de grandir, de se développer, de se transformer. C'est évidemment inconfortable et parfois douloureux. Il vaut mieux malgré tout être acteur que spectateur. Le pire que l'échec, c'est la passivité. Et lorsque des situations de vie se répètent encore et encore, il faut savoir en rechercher les causes parfois personnelles. J'ai rencontré une personne qui a fait 3 burnouts en 3 ans. Dans des structures différentes avec des personnes différentes...!

Nous devons prendre conscience de notre rôle. Celui que nous jouons dans nos vies. Nous devons comprendre que ce que nous créons a des conséquences et que nous pouvons grâce à nos actions effectuer de vrais changements. Prise de conscience, envie sens et action sont les piliers sur lesquels va reposer la réussite d'une vraie modification de trajectoire et/ou d'une réelle reconstruction. Sachant que tout choix est composé par ces postulats, le bonheur et le bien-être ne doivent pas se chercher. Ils se créent par notre attitude, notre état d'esprit, nos modes de fonctionnement et nos actions.

Il faut savoir que l'épuisement professionnel ou burnout est la conséquence directe d'une fatigue permanente devenue chronique, d'une longue accumulation, d'un appauvrissement généralisé du corps et des cellules et d'un manque total de capacité à se régénérer. Tout cela est PROGRESSIF. C'est l'avantage et l'inconvénient. A la différence des batteries que l'on voit diminuer au fur et à mesure sur sur notre téléphone, les nôtres ne se manifestent pas sur un bel écran en couleur. C'est notre corps qui veut nous sauver et que nous n'écoutons pas. Il prend alors la main, coupe le courant et nous met en mode survie. Pourquoi ne tenons-nous pas compte de toutes les souffrances que le corps nous fait ressentir ? Simplement parceque nous sommes "endormis". Cette léthargie provoque l'absence à nous-mêmes dont la cause est liée à nos modes de vie focalisés sur l'avoir et non sur l'être. Et cela nous coûte très cher ! D'autant plus que les réflexes premiers vont être de soigner les douleurs ou les maux par la prise de substances chimiques destinées à masquer la douleur sans jamais en traiter les causes. Plus tard, après avoir expérimenté le burnout, on repense à ces longs mois qui ont précédés et à ces nombreuses douleurs que l'on a pas su écouter...

 

Posté par stephanedabas à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :