Pourquoi à 40 ans certains en paraissent 60 et inversement ?

DNA

 

Pourquoi m'intéresser aux télomères ?

Cela peut sembler décalé au vu des sujets traités dans ce blog. Vous allez vite comprendre que ce sujet ne l'est pas tant que ça. Mes travaux inspirations et études sur le sujet de l'être et du bien-être vont tous dans le même sens : apporter de l'information claire crédible et légitime à mes lectrices et lecteurs.

 

Télomère, KESAKO ?

Le télomère est un morceau d'ADN situé à l'extrémité de chaque chromosome. Ces télomères servent à protéger les extrémités des chromosomes de l'usure du temps notamment en empêchant 2 chromosomes de se souder. Ce phénomène lorsqu'il se produit cause alors une dégénérescence accélérée des cellules qui peut les rendre cancéreuses.

Les télomères raccourcissent avec l'âge. C'est ce raccourcissement qui conduit à la mort des cellules car elles ne peuvent alors plus se diviser pour se reproduire, base de toute création de la vie.

C'est pourquoi on surnomme les télomères l'horloge biologique. L'inflammation et le stress chronique accélèrent le reccourcissement des télomères en les faisant vieillir plus vite. Cela n'est pas toujours visible à l'extérieur du corps, mais ces facteurs peuvent considérablement raccourcir l'espérance de vie d'une personne.

Maintenant que nous connaissons cela, n'est-il pas très intéressant de savoir ce qui protège l'extrémité de nos propres chromosomes, et de mettre en pratiques les bonnes habitudes quotidiennes qui les boostent ? D'avoir la connaissance nécessaire à ce qui préserve notre santé dans nos vies quotidiennes ? Qu'en pensez-vous ?

En fait, on connait avec précision depuis 2009 le rôle important que jouent les télomères dans le phénomène de vieillissement des cellules. Ce qui est incroyable c'est que nous savons désormais de façon très claire que nous pouvons agir directement et nous prémunir. La raison est très simple, un vieillissement prématuré provoque entre autres des problèmes cardio-vasculaires et/ou une baisse importante du niveau d'efficacité de nos défenses immunitaires. Ce qui est très intéressant c'est que nous en savons beaucoup plus aujourd'hui sur le contrôle que nous exerçons sur ce processus de dégénérescence à travers nos comportements et nos habitudes de vie. Pourquoi ne pas nous former et nous entraîner à de nouvelles pensées, à de nouvelles habitudes, à de nouveaux états internes ?

Que faisons-nous chaque jour ? Quelles sont nos habitudes de vie ? Rapprochons-nous en et observons-les. Regardons et analysons de près nos habitudes de pensées. Ayons un oeuil sur notre niveau de stress, sur nos comportements de santé, sur toutes les petites choses que nous pouvons faire pour agir dans nos journées. Pourquoi ? Parce que grâce aux études scientifiques et au prix Nobel en physiologie du docteur Elizabeth Blackburn nous savons aujourd'hui que les télomères "écoutent nos pensées" et qu'ils y réagissent.

Here’s the Secret to Make Cells Live Longer

En attendant que je traduise cette vidéo

Deux sortes de réactions se produisent alors par les télomères en étroite corrélation avec nos pensées :

- des réactions positives qui freinent leur viellissement

1 . Grâce à une nourriture saine composée de graines complètes, de fruits et de légumes

 

Quel aliment est le plus important pour notre santé ?

S'il n'y avait qu'un seul aliment sur lequel vous concentrer pour être en bonne santé et vivre le plus longtemps possible, quel aliment choisiriez-vous ? Pas sûr que vous choisiriez le bon. Réfléchissez encore... De quoi s'agit-il ? Des légumes, tout simplement ! Les légumes mal aimés des enfants et des restaurateurs.

http://www.passeportsante.net

2. Grâce à une qualité de sommeil régénératrice

3. Grâce à la respiration, à la médiation, au sport effectué avec plaisir, et aux autres activités physiques (marche, natation, taï-chi...)

Cohérence cardiaque et respiration consciente

 

 

- des réactions négatives qui accélèrent ce vieillisement à cause :

. des insomnies et d'une qualité de sommeil non régénératrice

. du stress chronique récurrent

. de boissons gazeuses sucrées, de la viande et de la nourriture transformée de façon industrielle

 

Alors je sais bien que certains diront qu'on ne peut plus profiter de la vie, qu'on ne doit pas faire ceci ou cela parce que c'est pas bon pour la santé, que c'est pas bon pour ceci pour cela.

Sortons avant tout de toute logique intéressée. Faisons preuve de bon sens, sortons des logiques individualistes matérielles et égoïstes, qui sont toujours contradictoires lorsqu'il s'agit de faire des efforts pour se remettre soi-même en question. Ce sont toujours les mêmes qui râlent et tirent les choses vers le bas. Le sens à cet article comme bon nombre de ceux que j'ai déjà rédigé ici, c'est de reprendre nos existences entre nos mains, de devenir responsables et ainsi mieux vivre pour cultiver à la fois être et bien-être. Respectons-nous, aimons nous nous-mêmes déjà, ça sera déjà pas mal !

A quoi cela sert-il d'avoir une existence de dépendance envers quelque dogme, école, devoirs alors que c'est cela même qui nous empêche d'avancer et qui nous éloigne de notre raison d'être ? Quel sens donner à nos actions si nos connaissances vont exactement à l'inverse de notre raison d'être ?

Posté par stephanedabas à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Bien-être et performance : cela passe par la connaissance de soi !

Un étonnant test de personnalité...

 

test personnalité

 


Si vous avez choisi la première réponse A

Vous êtes un individu qui développe la positivité !

Vous vous adaptez aux aléas et à votre entourage général avec une remarquable rapidité. Il est probable que vous ayez aussi une certaine aisance pour dialoguer et échanger avec d'autres gens, et il est rare que vous vous sentiez esseulé(e). Malgré votre réserve, vous avez une attitude assez enjouée en société. Vous mettez en valeur toutes les situations d’affection et d’amour, des plus cachées au plus évidentes.

Vous cherchez à comprendre et êtes du genre à aller en profondeur. Vous êtes intègre dans vos relations au point de ne pas donner d'avis sur des personnes avent de bien les connaître, même leur côté caché au plus profond. Ce besoin de sentir les choses en perspectives et de façon totale vous incite à être curieux, à aimer apprendre des connaissances inconnues jusqu'alors, ainsi qu’une attirance pour la philosophie les valeurs liées à l'esprit.

Vous êtes, surtout quelqu'un de vrai, profondément passionné, créatif tout en étant capable d'être carré, synthétique, prévoyant rigoureux dans la gestion du temps et des priorités.

Si vous ne vous voyez pas spécialement dans ce résumé, et que vous avez malgré tout constaté des aspects proche du A, il est possible que vous rencontriez une période de joie, qui change réellement acutellement votre façon de ressentir les évènements : pensez-vous être en amour ou vous avez l'impression d'être en pleine évolution sur le point de vue du corps et du mental ! De toute façon, vous ne voyez que le bon côté et pratiquez sans le savoir la méthode Coué.

 

Si vous avez choisi la deuxième réponse B

Vous êtes du genre méthodique rigoureux et stable !

Vous appréciez particulièrement que votre existence soit liée à la mesure et la sérénité, les mouvements de mutation ne sont pas votre tasse de thé. Vous être généralement en quête de paix et de tranquilité. Ce qui bouge, qui est impromptu ou spontané est pour vous un sujet de tracas. Vous êtes pointilleux, méthodique,vous vous attachez au moindre détail y compris quand ils sont infimes… Parfois, cette façon de faire vous empêche d'aller à l'essentiel.

Bien que vous soyez assez logique, vous accordez une large position à vos ressentis et vous connaissez très bien les nuances entre ce qui est vraiment nécessaire pour vous, et vos désirs. Simple, la tête bien posée sur les épaules, vous êtes quelqu'un de loyal, honnête et droit. Vous donnez peu d'intérêts au côté individualiste lié au matériel. Votre niveau de confiance et d'estime de vous même est suffisamment stable. Vous savez parfaitement quelles sont vos propres protections internes, vous vous aimez, vous êtes opportuniste au bon sens du terme même dans les moments difficiles.

Pour vous, cet équilibre physique, mental et émotionnel est synonyme de développement de l'esprit. Celui-ci fonctionne de manière logique, avec tous les plus que cela peut avoir… Ceci étant, cela peut vous mettre en situation de faiblesse lorsque survient un évènement que vous ne connaissez pas et que vous ne pouvez maitriser.

Bien que vous n'appréciez pas de faire les choses sans qu'elles aient été prévues, lorsque c'est le cas, vous êtes imperturbable et vous pouvez réaliser de grandes choses. Vous êtes également une personne fiable, sur qui on peut compter et pour qui la parole donnée à vraiment un sens.

 

Si vous avez choisi la troisième réponse C

Vous êtes un individu créatif !

Ce qui vous caractérise, ce sont l’intuition, la sagesse, le bonheur, et assouvir votre insatiable curiosité. Vous êtes un aventurier qui a besoin de découvrir de nouveaux territoires, de nouvelles connaissances ! La richesse de la diversité et la boule à facette que représente l'existence est pour vous source d'émerveillement et de fascination. C'est ce qui vous pousse à créer et à être inventif. Votre imagination est sans borne votre vie multicolore. Vous pensez différemment, et interprétez les choses de votre manière. Vous appréciez de penser de manière inhabituelle. Vous avez une vue d'artiste tel un enfant sans cesse ébloui devant la magie de la vie.

Vous êtes sensible et tout a fait apte à changer les évènements qui arrivent à vous, dans un sens positif. Vous êtes parfois compliqué et aimez trouver des difficultés là où il n'y en a pas. En fait, vous chercher l'équilibre et le bonheur et suivez pour cela votre intuition.ne cherchez pas forcément la solution la plus facile aux problèmes, vous suivez avant tout votre instinct et ce qui vous apporte le plus de bonheur.

Votre aptitude à aller à la racine, à comprendre et ressentir l’essence même des choses plutôt que l'aspect purement matériel, votre approche repose sur des émotions pures, sur des vibrations spirituelles, sur des sentiments plutôt que sur une froide analyse fait de vous un être un peu isolé. Sensible, sentimental, vous êtes pourvu d’un sens presqu'inné de l’écoute. Vous êtes connecté à l'esprit de l’art, de la poésie, êtes relativement mélomane et avez un penchant pour l'écriture. Ce qui fait vous provoque des palpitations, ce sont avant tout ces choses spirituelles qui nous dépassent et qui malgré tout existent bien de par les réactions intenses, presque brûlantes, qu’elles ont la faculté de générer chez vous.

Vous êtes un peu dingue et un rêveur passionné. C’est vrai peut-être vrai que finalement vous manquez au monde !

J'espère que vous vous êtes bien amusés !

Posté par stephanedabas à 23:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Leadership & Bien-être : 2 nouvelles clés

Etre un leader c'est avant tout être l'écrivain de son histoire

 

Première clé : gérer ses émotions

Quelles sont les émotions que nous côtoyons tous les jours ? Joie, colère, tristesse, peur, dégoût, surprise, mépris font partie de notre quotidien la plupart du temps sans nous en rendre compte. D'ailleurs, quelle est celle selon vous, que vous vivez le plus souvent sur une journée ? Ca peut vous aider à comprendre certaines de vos habitudes , de vos comportements, votre état d'esprit, votre façon de réagir face aux évènements. Une émotion est une réaction énergétique à une pensée. Cette pensée est connectée à une croyance elle-même rattachée à un évènement imprimé dans nos circuits neuronaux. Le résultat de ce processus crée les émotions. Or nous avons en général 60000 pensées par jour !

Ces pensées influencent fortement notre vie, surtout lorsqu'elles entraînent ces émotions de par la puissance qu'elles ont sur nous, notre vie et notre corps. Elles génèrent d'ailleurs des réactions chimiques internes qui seront différentes en fonction du sentiment produit et de l'intensité de la mémoire réactivée. Ces émotions sont des informations ultras puissantes de la façon dont nous réagissons à notre environnement, aux situations imprévues, aux personnes. Bref à tout ce qui peut nous perturber et/ou nous déstabiliser. Ces messages que notre corps nous envoie à travers des manifestations de modification de notre pouls, de sueurs, de tremblements, de maux de ventre, sont de très bons signaux à considérer avec soin. Pourquoi ? Parce que ces émotions n'arrivent jamais par hasard ! Elles nous montrent qui nous sommes à l'instant T et disent sur quoi nous devons travailler pour renforcer notre équilibre intérieur et notre niveau de sérénité. Pourquoi ? Parce que cet équilibre va nous permettre de transformer notre vie.

Joël de Rosnay: Epigénétique : comment transformer sa vie

Cela nous permettra :

  • de fuir les personnes, les situations, les jobs, les endroits avec lesquels nous ne sommes pas réellement en phase et en harmonie ;
  • de nous connaitre avec exactitude et donc de savoir précisément ce que nous souhaitons, ce pour quoi nous sommes faits, ce qui nous passionne.

Intéressons-nous à la personne qui prend la parole en public et qui n'aime pas ça. Elle a alors des maux de ventre, commence à bégayer, ne se souvient plus de rien, ou à une envie compulsive et subite d'aller aux toilettes. Son corps est informé directement par son cerveau du malaise créé. La simple pensée d'une situation projetée comme étant inconfortable impacte directement le corps qui se manifeste instantanément ! Mais c'est aussi valable d'un point de vue positif. L'intuition par exemple, même si elle n'est pas liée au cerveau mais au coeur est un de ces signaux. Elle nous prévient bien avant nos sens "communs" de ce qu'il faut faire. Elle est liée directement à notre coeur qui est un organe "électrique" bien plus puissant que le cerveau et qui dégage une énergie colossale qui se manifeste au travers de notre aura. C'est ce champs d'énergie autour de nous qui nous connecte et nous transmets des informations que nous ne comprenons quasiment pas et que nous ne ressentons généralement pas non plus car nous en avons été coupés. C'est toujours la première impression qui est la bonne, les ressentis créés, la joie ou le malaise généré.

Nos émotions sont une chance si on arrive à les écouter, les décoder et les comprendre. Elles sont une aide incroyable lorsque nous arrivons à les reconnaitre et à les apprivoiser pour en faire de puissantes amies. Elle peuvent aussi nous aider à nous dépasser, à faire bouger les lignes et à nous révéler sous notre vrai jour. D'où une prise de conscience sur ce que l'on souhaite changer dans nos vies. Le réel enjeu consiste à ne pas en être l'esclave.

Deuxième clé : le lâcher-prise pour se libérer des peurs et développer l'acceptation

Sortir du contrôle est primordial. Cette volonté que tout soit contrôlable fait que est réducteur :

  • soit nous focalisons sur des éléments négatifs que nous ne voulons plus ce qui est tout sauf constructif.
  • Soi nous refusons d'accueillir de nouvelles situations qui s'offrent à nous parce qu'elles nous ramènent à des expériences négatives.

Ce mode de fonctionnement repose sur le mental et la rationalité. Mais ne passons-nous pas alors à côté de l'essentiel en privilégiant ce mode de fonctionnement ? Vouloir tout contrôler est énergivore, souvent peu constructif, et extrêmement stressant. Vouloir changer sans accepter la nouveauté, c'est antinomique. C'est se mettre dans une logique "statistique" qui nous rend hermétique et étanche justement aux émotions positives que nous pourrions vivre. Tout est question d'équilibre. Subir une émotion peut-être néfaste, ne pas en ressentir du tout l'est tout autant. Le contrôle nous fait sortir du monde réel pour nous faire entrer dans un monde uniquement mental ou tout doit être calibré, mesuré, évalué, jugé pour en valoir la peine. Lâcher-prise c'est tout l'inverse, c'est se permettre l'imprévu, la spontanéité qui ouvre les portes des plus belles surprises. Article de psychologie magazine. Lâcher prise, c'est retrouver la conscience de nous-mêmes en arrêtant de croire que nous sommes les maîtres. Telles les gouttes en nos paumes qui s'enfuient lorsque nous fermons nos mains, le contrôle que nous croyons exercer sur les choses fait qu'elle que finalement elles nous échappent. Lâcher prise ce n'est pas abandonner, au contraire, c'est se mettre en accord avec le fait que parfois, on peut tout faire pour réussir, sauf que cette volonté exagérée et intense nous empêche de parvenir à nos fins. Lâcher prise c'est accepter les choses en acceptant de les perdre. Cela rejoint le don de soi. C'est aussi retrouver la conscience de de qui je suis vraiment, de mes valeurs, de ce qui me convient de cette reconnexion à son être intérieur celui qui sait ce qui est bon pour moi et ce qui ne l'est pas.

Vous pouvez vous abonner à ce blog en haut à gauche sur la page d'accueil, partager, aimer, commenter cet article pour le faire vivre au maximum. Merci à vous !

 

Posté par stephanedabas à 23:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Leadership & Bien-être

 Bien-être-1

 Pas d'antinomie entre les deux

Tout d'abord ces deux états d'être ne sont pas contraires. Je dirai même que cela va de pair. Le bien-être est un état d'équilibre physique mental et émotionnel. Une harmonie qui permet à chacun d'avoir du leadership, d'inspirer et de rayonner. C'est très simple puisque nous sommes en vie.

 

 SE POSER

1ère clé

Se poser et faire le point

Vivre Sa vie

Est-ce que je connais mon rôle et mes talents pour vivre ma vie ? Cette première clé est fondamentale car elle détermine ce qui suivra. Être en accord avec moi-même c'est trouver ma voie. L'enjeu est déterminant, les conséquences le sont tout autant. Trouver ma voie c'est me permettre de faire chaque jour ce que j'aime et même ce qui me passionne. Selon de très sérieuses études sociologiques, nous passons notre temps de la manière suivante :

- 7 à 8 heures de sommeil

- 1 heure pour m'occuper de mon corps : me laver, me maquiller, me raser, me laver les dents, aller aux toilettes, me peigner ;

- 2 heures pour boire et manger : préparer les repas, sortir et ranger la nourriture du frigo, pour faire les courses, laver la vaisselle ou remplir le lave-vaisselle, pour préparer mes tartines, les faire griller, pour d'autres mettre les céréales dans mon assiette, éplucher les kiwis, les oranges, préparer le thé, le café puis mâcher, avaler etc...

- 8 à 10 H à aller sur mon travail, à exercer mon activité professionnelle, à revenir, à  à me garer, aller en rendez-vous etc...

Reste seulement 2 heures pour moi, ma famille, mes relations, mon épanouissement.

On a voulu nous faire croire que c'était pendant ces deux petites heures que la vie valait d'être vécue ! Qui n'a pas un jour éprouvé l'envie de s'affaler dans le canapé en rentrant et d'allumer la télé ? Serait-ce possible qu'inconsciemment je me sois dit :

"Finalement la vie ne valait pas tant que ça la peine d'être vécue au vu du peu de temps que j'ai pour m'épanouir ?" Ai-je déjà ressenti le sentiment de perdre mon temps ?

 

joienjpg

Si on a pas de sens, de reconnaissance, de plaisir à faire tous les jours des activités professionnelles qui peuvent d'autant plus être plus ou moins les mêmes, rendez-vous compte le calvaire ! Voilà la raison pour laquelle faire ce que j'aime est primordial. C'est simple et logique. Qu'est-ce qui me permettra demain d'affirmer que ma vie vaut la peine d'être vécue ? Je dois être sincère avec moi-même et me poser la question suivante : quelle image ai-je de moi ?

Etre quelqun c'est juste Etre soi. Et c'est en étant en accord avec nos valeurs profondes au travail et en dehors que je serai bien, aligné(e), puissant(e) et inspirant(e). Est-ce que je connais mes valeurs ? Est-ce que je sais parfaitement ce qui me met en joie ?

Alors au boulot ! je prends soin de moi, je m'écoute avant tout, j'écoute le sens de mes émotions, de mon corps, de ce qui se passe dans ma vie et j'analyse tout ça pour savoir si je vis ma vie ou si je la subis.

A partir de là, je vais trouver l'équilibre qui me permettra d'Être dans en harmonie avec moi-même. J'aurai alors une attitude et un comportement naturellement inspirant, du leadership, une capacité à être un modèle de réussite au sens large et pas uniquement matériel.

 

énergie

 

2ème clé : entretenir son énergie vitale pour garder la santé

Par le physique

Entretenir son corps par l'exercice. Soit par du sport (pratiqué dans le plaisir, pas de performance pour la performance), soit par la pratique des arts martiaux, du yoga, du qi jong, de la danse... Une activité qui me mets en contact avec mon corps, qui le fait fonctionner, qui le fait transpirer (évacuation des toxines), qui me montre qu'il est en vie lui aussi, qu'il m'appartient de lui accorder de l'importance parce que c'est juste ma maison. Personne d'autre ne le fera à ma place.

 

amandes

Par la nourriture

avoir une alimentation saine, la moins transformée possible, retrouver le goût des aliments, privilégier une alimentation biologique. Limiter la viande, le sucre, les aliments acidifiants, lourds à digérer. Accorder de l'importance à ce qui est végétal, cru, et varié. Je peux choisir de consulter un(e) naturopathe ou un(e) diététicien(e).

Autre élément important : boire suffisamment et régulièrement. Notre corps est composé à 80 % d'eau, il a sans cesse besoin d'être hydraté.

 

 Ballons

Par l'émotionnel 

Lorsque je vis des émotions, la règle numéro un c'est de les laisser émerger pour les faire sortir. Je sais bien que c'est parfois compliqué en famille ou au travail de laisser couler ses larmes, de crier, de montrer sa joie etc... C'est à cause de notre éducation, et de notre culture judéo-chrétienne qui nous a en formellement interdit de les montrer. Pourtant, c'est une véritable hérésie. Si je n'arrive pas à laisser sortir la puissance et l'intensité qu'elles contiennent, celles-ci resteront bloquées à l'intérieur de mon corps en laissant les hormones produites inutilement intoxiquer mon sang et mon métabolisme.

Pour être plus clair, le sens même du mot émotion se dit ex movere en latin : aller vers l'extérieur.

 

La médecine chinoise par ailleurs explique parfaitement l'impact des émotions bloquées trop longtemps accumulées sur les différents organes de notre corps :

 

  • colère : foie
  • Joie : coeur
  • Anxiété : poumons et tristesse
  • Soucis : rate
  • Peur et frayeur : reins

 

Prenons l'exemple des bébés ou des petits enfants, ils ne se posent pas de question et pleurent, crient, rient. Rien ne nous empêche d'aller dehors, ou dans les toilettes ou de se cacher n'importe où pour évacuer ces réactions nécessaires à notre équilibre.

De plus je peux apprendre à gérer mess émotions pour ne plus les subir et en être l'esclave. Cela s'appelle reprogrammer mon cerveau pour changer les circuits neuronaux que j'utilise sans cesse et qui sont de véritables "autoroutes réactionnelles" lorsqu'il s'agit des émotions. Reprogrammer mon cerveau c'est lui redonner de l'oxygène au sens propre et figuré, c'est l'entretenir, le faire rajeunir, c'est développer sa plasticité puisque l'épigénétique montre très bien cela aujourd'hui.

 

Par le mental

Il existe pour cela quantité d'outils : PNL, Sophrologie, Yoga, Techniques de respiration, Préparation Mentale, Affirmations, Visualisations etc...

Cohérence cardiaque et respiration consciente

Se méfier des insomnies. Mal dormir, même si malheureusement c'est devenu une habitude, n'est pas normal. Le sommeil est indispensable pour se régénérer et remettre en état la machine corporelle chaque nuit. Bien réfléchir aux causes qui peuvent provoquer ces insomnies : manque d'exercice physique, stress chronique, bruit environnant, trop de luminosité, activité professionnelle avant d'aller dormir (ordinateur, tablette, téléphone portable...) etc...

Deux autres clés la semaine prochaine : abonnez-vous !

Faîtes vivre cet article grâce au plaisir que vous avez pu ressentir en le lisant ou à l'intérêt que vous avez pu lui donner.

Si vous voulez participer à notre prochain atelier :

Leadership & Bien-être : atelier pratique et interactif

Leadership & Bien-être : atelier pratique et interactif pour booster votre énergie et votre confiance en vous. Parce que l'équilibre émotionnel, physique et mental est indispensable à notre épanouissement, nous proposons de concilier des outils de développement personnel, de communication et de leadership à des techniques propres au métier de la sophrologie et de la relaxation.

https://www.eventbrite.fr

 

L'égo, cet ami qui ne nous veut pas que du bien

égo

Les enjeux : prendre conscience des schémas qui ont construit l'égo pour les modifier par une autre approche et un autre état d'esprit. Comme le prône Eckart Tollé, nous devons devenir notre propre témoin, sortir du besoin de contrôle, créer de nouveaux schémas neuronaux, les appliquer sans cesse pour les imprimer dans la partie inconsciente de notre cerveau.

Or que se passe t'il depuis toujours ?

Nous l'avons vu, pour se protéger et avoir le contrôle, nous fuyons le moindre changement qui nous mets en "danger", hors de notre zone de confort.  Nous recherchons la sécurité. Ce que nous croyions être le bien-être est en fait un environnement sécurisé et sécurisant que nous préservons presque à tout prix. Cependant, du fait de nos souffrances, blessures, traumas liées à l'enfance, c'est trop souvent la peur dont nous avons parlé dans la première partie (voir ci-dessous) conditionne nos vies.

Le mental et l'égo ont-ils toujours été les causes de nos souffrances : 1ère Partie - Performance individuelle & bien-être au travail : tendre vers l' équilibre !

Qu'est-ce que cette question existentielle vient-elle faire dans le domaine professionnel ? Certains m'ont déjà posé des questions relatives à cette typologie de sujets qui leur semblent déconnectés de la réalité d'entreprise et donc totalement inutiles.

http://former.canalblog.com

Conséquence : la peur intérieure provoque et entretien la peur extérieure, le manque de confiance en soi. Et plus nous avons eu à subir des situations douloureuses dans notre enfance plus notre être a dû développer un degré de défense élevé relié à l'intensité des émotions générées : colère, rage, tristesse, désespoir, agressivité, abattement...

 

emotions

 

Or les émotions sont les plus puissants marqueurs de mémoire. Ce sont elles qui vont impacter notre cerveau et donc nos vies. Face à cela nous créons instinctivement des "masques" pour nous protéger et ne pas nous exposer à de nouveaux dangers. Le problème c'est que ces stratégies de défense sont ancrées dans notre cerveau inconscient et que celui-ci n'a absolument pas la notion même de nuance.

Or la science nous affirme aujourd'hui que 95% de nos vies sont régies par l'inconscient...

Notre pire croyance : nous sommes convaincus que ces stratégies de construction de l'égo sont salutaires pour toute notre vie.

Peur individuelle et peur collective : quelles différences ?

Les schémas sont les mêmes sauf que les environnements diffèrent. La racine des peurs passe alors de la sphère familiale à la sphère sociétale : les risques sont véhiculés par l'image et le contenu fournis par les médias, par l'environnement professionnel, par les transports, le quartier...  Tel un vieux prestidigitateur, ce vieux système mets toujours en avant les mêmes maux qui exacerbent nos sens et nous font croire par l'émotionnel que l'instantanéité réactive est plus utile et justifiée que la réflexion constructive.  Cela impose de fait à la majorité des individus des comportements non-conscients de protection, de défense, ou d'attaque. Le prétexte de prévention sécuritaire permanent autorise une violence sous-jacente qui nous affecte par son côté permanent. Elle favorise le développement d'un stress chronique à l'image de celui vécu en entreprise lors des processus intenses de burnout.

Prison

 

Bien que de profonds changements soient en cours, ce vieux monde entretient, développe et intensifie tous les styles d'incertitudes, de dangers et de risques. La peur chômage l'incertitude, la peur des attentats, la peur de la différence, de son voisin, sont des prétextes à des politiques sécuritaires qui occultent les causes profondes. Rappelez-vous, nous croyons que la sécurité nous protège.

Le premier mot qui me vient à l'esprit lorsque je pense à notre humanité depuis toujours, c'est notre immaturité et notre inconscience étroitement reliées à la matière et à l'illusion de l'argent. Nous ne sommes que des nouveaux-nés capricieux comparativement à l'existence de cette planète et de l'univers. Alors que le 20ème siècle a été le plus meurtrier de l'histoire, les circonstances historiques montrent que les choses semblent se répéter à nouveau. Je vois à travers nos errances, nos faux plaisirs immatures choisis et notre déshumanisation inconsciente croissante les causes de nos propres maux. Ne sommes-nous pas autre chose que ce que ce vieux monde matérialiste sans âme veut continuer à nous faire croire ? Pourquoi nous maintenir nous-mêmes esclaves de nos propres existences et de nos propres croyances en focalisant nos vies sur le seul aspect matériel ? Il est désormais démontré scientifiquement que la matière au sens physique ne représente que 1 à 4 % de l'univers. Le reste n'est qu'énergie, fréquence et vibration (Nicolas Tesla).

 

Pourquoi faire autrement puisqu'on a toujours fait comme ça ?

paix (2)Chacun au fond de lui à ses propres prises de conscience, chacun entrevoit le rayon de lumière à travers sa condition, chacun oeuvre non seulement pour lui-même mais aussi pour les autres. Bien que le monde se tende, et que les prétextes guerriers sont toujours là, que la folie médiatique entretien la peur, que les religions aliènisent encore l'homme, il se produit de vrais changements de conscience. L'humain reprend la main. D'ailleurs, ce choix appartient à chacun d'entre nous. Se prémunir devient une priorité, se mettre à l'abri des grands imposteurs, des falsificateurs et de toutes les manipulations est la règle. Ceci étant, il nous faut plus que jamais rester ouvert au changement parce que c'est notre chance pour un autre monde. Tout l'enjeu est de trouver l'équilibre. Sortir de ce vieux monde prédateur et destructeur en laissant le champ libre à la création d'un nouveau.

 

quantic 2

 

Face à toutes ces problématiques nous ne sommes pas seuls. Nous sommes à la fois le tout et le un.

 

Nous sommes tous une part de l'intelligence collective dont nous entendons de plus en plus parler. Nous pouvons l'utiliser et en tirer le meilleur. Toutes les tentatives de changement actuelles sur tous les plans sont des opportunités de croissance personnelle et terrestre. Les vieux schémas et les vieilles croyances sont chanboulées de jour en jour et tant mieux. Nous avons tout à refaire pour nous-mêmes et pour nos enfants. Nous sommes créateurs de nos existences, de notre vie, de notre quotidien. Toutes les études scientifiques sur le cerveau, le coeur, les émotions, l'énergie prouvent aujourd'hui que nous sommes extraordinaires. Pourquoi rester soumis à un ordre qui ne profite qu'à une minorité ? Créons notre monde pour recréer le monde.

 

 

nouveau monde

Il convient pour cela de se surpasser dans le sens où tout ce que nous avons appris n'est finalement que chimère. L'essentiel est en nous et non pas en dehors de nous. Nous avons la capacité d'être bien plus que ce que nous croyons être. Nous avons accès à des savoirs, des connaissances partout autour de nous. Nous y accédons mais le refusons inconsciemment du fait de notre état d'esprit et de nos croyances limitantes inconscientes. Ce sont surtout celles que l'on nous a inculquées dès notre plus tendre enfance à travers notre éducation familiale et scolaire. Nous avons néanmoins des ressources extra-ordinaires. Nous avons toujours la capacité de faire des choix. Le tout c'est de les assumer, d'être responsable et d'agir au quotidien et dans tous les domaines. N'oublions pas que nous avons la capacité de nous guérir nous-mêmes. Les expériences montrent que l'effet placebo produit une hausse du taux de guérison de 30% ! Imaginons ce qu'il pourrait advenir si nous étions tout simplement nettoyé de nos croyances limitantes, de nos traumas et de nos peurs ! Toutes les approches de transformation et de développement personnel travaillant sur les partie mentales, émotionnelles, physiques et spirituelles valident la possibilité d'un autre monde. Faisons-le !

 

Le conte du colibri: je fais ma part - AikiCom

D'où vient ce conte ? Qui peut le dire? Mais l'histoire est trop belle pour ne pas la répéter tant elle revient l'attitude Aïki qui cherche non seulement à plus de paix en soi mais aussi avec les autres et contribuer ainsi à un monde plus solidaire, dans l'écoute et ...

http://www.aikicom.eu

 

 Je vous demande surtout de ne pas, liker, ou partager... mais de vous abonner

Non je plaisante, mais si vous voulez vraiment liker finalement ou partager, ou commenter... allez-y, ça fait vraiment plaisir !

 

Faîtes juste vivre ce blog grâce au plaisir que vous avez ressenti en le lisant

 
 


Le mental et l'égo ont-ils toujours été les causes de nos souffrances : 1ère Partie

 

EGO

Qu'est-ce que cette question existentielle vient-elle faire dans le domaine professionnel ? Certains m'ont déjà posé des questions relatives à cette typologie de sujets qui leur semblent déconnectés de la réalité d'entreprise et donc totalement inutiles.

La raison est simple : puisque l'homme est la base de toute organisation, j'ai souhaité comprendre certains de ses fonctionnements, ce qui le faisait avancer ou du moins ses croyances à ce sujet. J'ai également cherché à comprendre quel pouvait être son état d'esprit lorsqu'il se trouvait seul puis au sein d'un groupe ou d'une organisation dans laquelle il tente de s'épanouir et d'évoluer. Grâce à mon expérience empirique, j'ai vite fait le constat que toute structure humaine individuelle ou collective fonctionnait de la même manière sur le plan psychique. J'ai également constaté que l'entreprise n'était pas plus destructrice d'humain que toute autre système. Il l'est juste autant. Pourquoi alors la souffrance au travail se voit-elle autant allez vous me dire ?

1 - Juste parce que le travail est le seul pilier sur lequel repose l'existence même de notre société.

2 - Parce que le système d'organisation et de fonctionnement de ce pilier est le même pour tous : de l'entrepreneur individuel au grand groupe multinational.

Comment peut-on croire que la complexité d'une organisation humaine puisse être la même pour tous les types d'entreprise, de tout secteur de toute taille qu'elles soient publiques associatives ou privées ? Bien que ce soit un-non sens la cause est infiniment logique.

La peur provient du mental et engendre le besoin de contrôle. Voila les vrais responsables de notre inconscience à sortir de cette logique prédatrice.

Au delà du bruit incessant causé par le mental et la pensée par Eckart Tollé

Tout part de notre besoin viscéral de juguler nos peurs. Peur de la mort, du danger, du changement... Peur de la violence, de l'incertitude, des attentats... Nous nous mettons logiquement mais malgré tout de manière totalement inconsciente sur un mode survie impliquant un état de veille permanent dont l'objectif est le contrôle systématique de soi, de son corps, de sa vie et des autres.

Le moyen : une approche radicalement préventive. Dès lors que cela se produit individuellement, cela devient par la même sociétal et global. L'entreprise n'est alors que le reflet externe de cet état de peur interne. Toute la population ou presque survit sur ce principe mais les statistiques chiffrées de la souffrance humaine ne sont finalement calculées et mesurées régulièrement de façon fine et pointue qu'au sein même du monde du travail. Partir de ce postulat permet de comprendre les causes profondes de toutes les problématiques individuelles puis organisationnelles.

 

attention contrôle

 

Mais ce besoin intense de contrôle écrase tout. Tout sauf ce qu'il croit vaincre. Bien au contraire, il renforce de façon infinie la spirale négative alimentée depuis toujours par la même peur. La peur de soi-même et des dangers vécus et à vivre implique irrémédiablement la peur de l'autre. Faire un zoom sur ce qui caractérise notre identité individuelle ou élargir le champ à l'infini met en exergue les mêmes habitudes, les mêmes attitudes, les mêmes souffrances personnelles et collectives. Toutes personnes et tout groupe ont pour vocation de se rassurer par l'élaboration de stratégies uniquement destinées à éviter la souffrance et le danger en rationnalisant tout et en mettant tout dans des cases. Bien qu'il ne soit qu'un leurre cet état de fait est étroitement corrélé au mode de fonctionnement même de notre cerveau gauche rationnel. Comment fonctionne t'il ? Il fonctionne à partir du mental qui construit l'égo. Bien que cela commence à changer, nous sommes tous ou presque gouvernés par des modes de fonctionnement basés uniquement sur le mental qui croit pouvoir tout diriger, protéger et régir. Et ce, principalement à cause de nos souffrances liées à l'enfance, à notre éducation familiale et aux modes de pensées figés de l'école. Pourquoi en serait-il alors autrement dans l'entreprise ?

Un changement est-il possible ou souhaitable ?

Pourquoi tenter de changer ce mode de fonctionnement ? Et pourquoi ces croyances ne seraient-elles pas justement les seules possibles ? Pourquoi faudrait-il changer de paradigme alors, et ainsi détruire tout ce qui nous maintient vivant depuis toujours et ce quel qu'en soit le prix ? Si cela est comme ça c'est que c'est la normalité affirmeront les plus rationnels ! Or qu'est-ce que la norme si ce n'est une construction mentale ?

Le changement urge parce que cantonner nos vies au mental et à l'égo, au contrôle et finalement à la domination de soi et de l'autre nous rend prédateur et nous rapproche chaque jour du gouffre ! Gouffre personnel par les angoisses, le stress, la colère de l'impossibilité à être bien, gouffre environnemental parce que la recherche uniquement matérielle et le profit à tout prix ont des conséquences dramatiques, gouffre humain global parce que la souffrance engendre la défense, l'attaque et la violence.

faire

 

 

Ce qui est le plus fou c'est que le mental et l'égo ne correspondent pas à la réalité de ce monde, ils le limite à des logiques erronées issues de lois et de stratégies créées par l'homme pour sécuriser son existence depuis toujours même si ces pratiques sont aujourd'hui totalement erronées. En même temps cela élève le niveau d'indispensabilité de certains qui dominent l'ensemble. Nous le savons bien si nous cherchons un peu et que nous faisons appel à notre bon sens. La peur institutionnalisée permet tous les excès sécuritaires.

Qu'est-ce que l'égo finalement ?

L'égo est une construction mentale à la base destinée à nous protéger. Bien qu'il ait son utilité et car il est programmé pour nous protéger des dangers liés à exlusivement notre survie, il faut savoir qu'il est directement lié à la partie préhistorique de notre cerveau. D'où son nom : cerveau reptilien. Son but était alors de nous avertir des dangers liés à la chasse et à notre environnement animal de prédation. Il fonctionne en ON ou en OFF. S'il y a danger il allume l'alarme qui nous conditionne et nous prépare à la fuite ou au combat. Le problème c'est que les situations auxquelles nous avons à faire face depuis ces temps quelque peu reculés, ne sont bien évidemment plus du tout les mêmes. Pourtant les messages chimiques qu'il transmet à nos membres et à nos corps sont toujours identiques ! Et nos réactions le sont tout autant ! Cela veut simplement dire pour être très clair qu'en face de tout type de danger nous avons viscéralement tendance à réagir par l'instinct. Que ce soit face à nos enfants, à nos collègues ou sur la route, notre cerveau mets en place les mêmes schémas que face à l'attaque d'un prédateur. Cela pose certaines limites non ? Ne sommes-nous pas capables d'évoluer ? Nous l'avons fait sur bon nombre de domaines mais cette peur permanente et ce stress chronique exacerbent la partie reptilienne de notre cerveau en excitant nos 5 sens en permanence : vue d'image de violence et informations négatives, société hyper bruyante, sollicitation par les loisirs et par le désir (la consommation de sexe de compensation, développement de l'intérêt porté au côté gustatif etc...).

 

la conscience

 

Notre objectif : prendre profondément conscience de ces schémas puis les modifier par une autre approche et un autre état d'esprit de préservation constructif. Sortir du besoin de contrôle, créer de nouveaux schémas neuronaux, les appliquer sans cesse pour les faire entrer dans la partie inconsciente de notre cerveau afin qu'ils produisent de nouvelles habitudes en laissant l'égo et le cerveau reptilien de côté. Il est urgent avant tout de prendre soin de soi, de sa santé physique, mentale, émotionnelle et psychique.

 

N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à vous abonner.

Faîtes vivre ce blog grâce au plaisir que vous avez ressenti en le lisant et en en parlant. Ce sera un premier pas pour ceux qui se sentent isolés, qui souffrent et qui ont besoin de parler. Chacun doit apporter sa pierre pour construire un autre monde.

 

Le conte du colibri: je fais ma part - AikiCom

D'où vient ce conte ? Qui peut le dire? Mais l'histoire est trop belle pour ne pas la répéter tant elle revient l'attitude Aïki qui cherche non seulement à plus de paix en soi mais aussi avec les autres et contribuer ainsi à un monde plus solidaire, dans l'écoute et ...

http://www.aikicom.eu

Fin de la première partie

 

J'ai apprécié cet article




Je soutiens l'auteur





J'adore ce que vous faîtes : continuez !




Posté par stephanedabas à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Que penser du stress "positif" ?

PERTE DE SENS=STRESS1

Pourquoi vivons-nous sous stress ?

Le stress est un sujet très "touchy". Tout le monde pense que c'est normal de stresser, qu'il faut souffrir pour être beau, qu'il est nécessaire de travailler comme un forcené pour réussir etc... Il faudrait déjà savoir de quelle réussite s'agit-il  ? Et plus simplement savoir ce qui compose la réussite. Chacun a sa vision de la réussite et place la barre où il le souhaite non ?

Ne devrait on pas connaître le bonheur avant de vouloir réussir ? Ne devons-nous pas être en accord avec nous mêmes, en harmonie, avant de vouloir réussir à tout prix ? Pour le système qui nous façonne, réussir c'est avoir. D'où le problème très actuel de redonner du sens à nos vies, aux nombreuses prises de conscience actuelles, au développement de la méditation de pleine conscience, aux retraites dans des monastères de cadres sup' et de tout ce mouvement de remise en cause des seules valeurs liées à l'individualisme. Aux mouvements liés au respect des animaux, à la recherche de solutions réellement "durables" pour la planète, à la lutte contre les causes plutôt que celles contre les conséquences. Retrouver le respect de la vie qui nous est donnée, du sens qu'elle doit avoir, du retour à la terre qui nous nourrit.

Cortisol

 

Biologie du stress | Centre d'études sur le stress humain (CESH)

D'où vient le cortisol et à quoi sert-il? Qu'est-ce que l'axe hypothalamo-pituito-surrénalien (HPS)? Apprenez-en plus sur la biologie du stress.

http://www.stresshumain.ca

Beaucoup parlent de stress positif et de stress négatif.

Le constat : ce qui définit encore aujourd'hui le "stress positif" c'est la montée hormonale déclenchée par l'action produite par le cerveau et transmise au système nerveux pour effectuer un geste, pour mener une action, pour atteindre un objectif. C'est devenu un lieu commun de croire que le fait de passer à l'action génère un stress "positf". Non. Le stress ce n'est pas ça ! C'est totalement transformer la vérité que de finir par dire que le stress est parfois "positif".  Les productions de substances chimiques provoquées au niveau du cerveau qui sont transmises au système nerveux pour transmettre l'information nécessaire à l'action n'a jamais été la source du stress. Les gestes que nous faisons, les actions corporelles quotidiennes que nous effectuons génèrent des réactions chimiques normales produites de façon normale. Assimiler cela à du stress est en soi un véritable malentendu. Pourquoi ? Parce que le corps se débrouille très bien seul, qu'il est conçu pour fonctionner comme cela et que le stress est exactement à l'opposé de la perfection par laquelle fonctionne notre corps. Il n'y a qu'a regarder comment procèdent nos organes, notre appareil digestif, les battements de notre coeur, les milliards de connection neuronales. Et cela se produit, le jour comme la nuit. Le corps n'a pas besoin de stress dans ses fonctionnements chimiques physiologiques et biologiques quotidiens. Pensez-vous que nous intervenons dans la production de nos hormones, que notre mental joue un rôle déterminant la-dedans ? Non, bien sûr que non ! Tout est parfaitement réglé et ce de manière totalement inconsciente. Bien que cela se passe dans un grand tumulte chimique et cellulaire cela ne nous a jamais mis en situation de stress ! Le stress n'est lié qu'au mental et à l'égo.

L'ironie de l'histoire, c'est que finalement, si on regarde bien l'origine du stress on comprend très vite qu'il est très étroitement lié à la peur. Cela remonte à nos ancêtres, à la période pré-historique et à notre instinct de chasseur. Ce vrai stress lié à l'instinct de survie générait alors utilement une production colossale et instantanée d'énergie et de substances chimiques (déclenchées par notre cerveau reptilien ou cervelet) telles que le cortisol, l'adrénaline, ou la noradrénaline.  Leur objectif :  envoyer beaucoup d'énergie dans le corps et les muscles pour nous défendre par la simulation de la mort, la fuite ou le combat ! Les quantités produites sont à mille lieux de celles qu'on utilise dans tous les gestes de notre vie quotidienne. Là est le seul sens et l'unique utilité du stress.

C'est une réaction déclenchée par l'instinct de survie !

Comment faire l'amalgame avec le stress "positif" ? Vu sous cet angle, quand on parle de stress au travail, cela pose de vraies questions. Est-il sain d'entretenir le stress comme facteur de motivation ? Est-il sain de parler de stress "positif" ? Si cela est comme tel, cela implique donc un niveau proportionnel de peur pour que le schéma fonctionne. Peur permanente qui va pourrir l'atmosphère de travail qui va provoquer des comportements de défense et de protection entraînant des conséquences dramatiques pour la performance globale et pour la rentabilité. Si le management est toxique ou autoritaire, que la manipulation et le harcèlement règnent, il devient logique que les émotions négatives de peur, de colère, de tristesse, d'humiliation, de trahison induisent une production d'hormones finalement toxiques pour le sang et la santé de nos corps physiques et psychiques. Cette récurrence va créer des dérèglements corporels répétitifs puis des incompréhensions chimiques extêmes obligeant le corps à se prémunir puis à se protéger (burnout).

stress noel

Le stress positif n'existe pas !

C'est juste une interprétation de certain pour dire que ce type de réaction permet de se pousser, de se sur-motiver, de se conditionner pour faire des choses qui ne nous correspondent pas mais qui nécessitent des résultats quantitatifs. Mais pour quoi faire ? On a pas besoin de ce stress "positif" ! Tout notre corps fonctionne parfaitement ! Pas besoin de modifier ou de forcer avec notre mental. Parce que cette performance est finalement délétère. Parce que ce type de raisonnement implique clairement un stress chronique pour arriver à des résultats quantitatifs court-termistes.

 

Retrouver du sens : la priorité n°1

Pourquoi lorsqu'on est impliqué par le sens qu'on met dans nos actions on y prend du plaisir ? Pourquoi sommes-nous supers enthousiastes lorsque l'on met en place un projet qui nous ressemble et pour lequel on y met "tout notre coeur" ? Simplement parce qu'on se reconnait dans ce projet, qu'on s'éclate, qu'on y prend du plaisir, que c'est carrément jouissif de faire ce que l'on aime et ce pour quoi nous sommes faits. C'est sûr que ça prend plus de temps, qu'il faut avant tout nous-mêmes nous connaître et que Tout le monde n'a pas cette chance. On est bien d'accord.

 

Les leaders sont en chacun d'entre nous. - Performance individuelle & bien-être au travail : tendre vers l' équilibre !

Pas besoin d'être manager pour se sentir un vrai leader ! Parait-il que ce qui définit un leader c'est la capacité qu'il a d'indiquer le cap et la vision. Qu'en pensez-vous ? N'est-ce pas réducteur ? Le vrai leader ce n'est pas seulement celui qui l'est pour les autres, c'est surtout celui qui l'est déjà pour lui-même.

http://former.canalblog.com

D'où notre rôle de travailler sur nous, d'apprendre à nous connaître pour être Responsable de nos vies et d'agir pour cela. Nous devons devenir les seuls acteurs pour être seuls leaders de nos vies. Pas besoin de stress positif, pas besoin de calculer, de mentaliser, de changer quoi que ce soit.

La seule question qui se pose c'est de se connaître avant tout, de travailler sur soi pour ceux qui ne connaissent pas leur(s) talent(s). Trouver notre raison d'être, ce qui nous parle et nous fait vibrer, qui nous apporte la banane et l'épanouissement, sans avoir à stresser inutilement.

Conclusion : utiliser sa conscience, devenir le témoin de sa vie, de ses réactions, des ses dépendances afin de nous servir de ce stress, comme déclencheur et comme signal pour entamer une démarche active et personnelle et produire en grande quantité l'hormone du bonheur : la dopamine.

dopamine

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à partager, à liker ce blog, à le faire connaître pour le faire vivre et lui donner de la profondeur !

 

J'ai apprécié cet article

 

 

Je soutiens l'auteur





J'adore ce que vous faîtes : continuez !



 

 

Posté par stephanedabas à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Les leaders sont en chacun d'entre nous.

LEADERSHIP

Pas besoin d'être manager pour se sentir un vrai leader !

Parait-il que ce qui définit un leader c'est la capacité qu'il a d'indiquer le cap et la vision. Qu'en pensez-vous ? N'est-ce pas réducteur ? Le vrai leader ce n'est pas seulement celui qui l'est pour les autres, c'est surtout celui qui l'est déjà pour lui-même. Etre en harmonie consciente et inconsciente est le propre de celui qui sera en mesure d'inspirer.

Définition d'inspirer : Susciter, provoquer, faire naître chez quelqu'un un sentiment : Inspirer à ses enfants le goût de la lecture. 

Définitions : inspirer - Dictionnaire de français Larousse

inspirer - Définitions Français : Retrouvez la définition de inspirer, mais également la conjugaison de inspirer, ainsi que les synonymes, expressions, citations... - Dictionnaire, définitions, section_expression, conjugaison, synonymes, homonymes, difficultés, citations.

IMG_2710

Etre un modèle
Comment faire naître chez quelqun d'autre ces envies si on est pas soi-même un vrai modèle ? Parce qu'en fait, ce qui caractérise le vrai leader, c'est qu'il n'a pas besoin de montrer ni de dire qu'il l'est. Pas besoin de commander, d'être autoritaire ou de s'exciter. Pas besoin de convaincre non plus. Pas besoin de parler fort ni d'argumenter sans cesse. On le suit. Il incarne pleinement sa vie dans toute sa globalité, tant dans son chemin personnel que professionnel. Il ne joue pas de rôle, il est ce rôle. Et c'est pour cela que les personnes qui ont des promotions due à leur expertise métier n'ont pas forcément la capacité à engager les autres. Ceux-là sont ils réellement en accord avec eux-mêmes ? Sont-ils à l'équilibre réellement ou ont-ils "forcé" pour obtenir cette promotion ? Ont-ils été choisi pour leur capacité à être réellement inspirant ou juste pour les résultats qu'ils ont produit ? Le leader a ses convictions, mais il sait écouter les autres, il a sa vérité mais accepte celle des autres, il est inspirant mais est aussi inspiré par ce qu'il l'entoure. Il donne et reçoit, de façon naturelle et spontanée. Il réfléchit et agit en conscience et en conséquence. Il est fondamentalement dans l'équilibre en permanence. Il est sur sa voie bien que celle-ci puisse évoluer dans le temps. C'est aussi sa capacité à s'autoévaluer qui va lui dire ce qu'il doit changer et faire pour à nouveau être en accord avec lui-même et dans l'équilibre. D'où sa puissance et son influence naturelle.
Cela ne veut pas dire qu'il n'existe pas des leaders sombres ou destructeurs et c'est aussi là tout le problème. Quelle que soit sa voie, il l'incarnera et c'est en cela que chacun doit aussi être un leader pour lui-même car il saura précisément comprendre les intentions de celui qui voudra l'influencer. Pour cela, il est surtout nécessaire d'être à l'écoute non pas seulement avec nos 2 oreilles et notre corps, mais avec tout notre être pour ainsi comprendre l'intention émise et oser dire oui ou non en toutes circonstances.
Notre parcours de vie
Ainsi, nous devons tous être les leaders de nos vies. C'est justement grâce à cela que nous deviendrons inspirants. C'est pour certains naturel, pour d'autres il faut des expériences, des douleurs, des souffrances, des épreuves pour se révéler à leur mission. Nous avons tous notre rôle à jouer sur cette magnifique planète et c'est à chacun de le comprendre et de l'incarner. Les lois de l'univers sont implacables. Elles nous le rappelleront jusqu'à ce qu nous trouvions notre voie. C'est la raison pour laquelle être un leader c'est déjà se trouver soi avant d'aller voir dans l'oeil du voisin. Et c'est souvent le travail de toute une vie. Nous apprenons jusqu'à notre dernier souffle. De notre naissance à notre départ, tout n'est que souffle et inspirations, tout n'est là que pour nous servir et pour nous aider à avancer. Si nous refusons, et que nous nions nos intuitions, notre raison d'être, certains messages nous seront transmis sous forme de contrariétés, de douleurs, de souffrance puis de maladie, d'accidents.
Nous devons impérativement être à l'écoute de nous-mêmes, de ce qui nous fait du bien, ce qui nous amène du plaisir au sens simplicité. Tout ce qui nous apporte de la sérénité, de la sagesse, de l'amour n'est là que pour nous servir. Et les épreuves sont là pour nous. Et oui ! D'où l'expression "un mal pour un bien". Car si on regarde bien nous ressortons grandis des épreuves, des obstacles, des souffrances. Ne dit-on pas aussi "Ce qui ne tue pas rend plus fort" ? Etre leader c'est accepter ces difficultés tel un guerrier, pas celui qui tue mais qui résiste et affronte l'ennemi. C'est aussi être dans la compréhension de leur survenance et dans le message qui se cache derrière. Et ces évènements se produiront jusqu'à ce que nous parvenions à être qui nous sommes vraiment.

6a00e54fef79628834017c34bdb69a970b-800wi

Comment avoir assez de recul pour en avoir conscience ?
En reprenant en mains nos vies justement ! En devenant le seul capitaine à bord. Quitte à faire des choix parfois difficiles dans un premier temps. Parce qu'en faisant cela, nous allons pouvoir redevenir réellement conscients de nos vies. Du sens à lui donner autre que simplement lié au fait de consommer de l'alimentation, du pétrole, des loisirs, du plaisir. Ne plus être soumis à la joie issue de l'achat mais de celle que nous avons en nous de respirer et d'être vivant. De ce don qui nous a été donné, à notre naissance et que nous avons mis de côté, pour des raisons légitimes le plus souvent. Mais il est temps de retrouver notre vraie nature étroitement liée à la richesse de la vie tout simplement. Et pour cela, "Il faut être capable de sortir d'un système pour le comprendre". Bernard Weber. Reprendre conscience de nos vies c'est juste en être réellement conscient, vivre dans nos corps et nos coeurs et pas seulement dans nos têtes. Ne pas toujours vouloir mais aussi être. Etre un coeur qui bat, un corps qui vibre, une tête qui comprend. Pas seulement un mental qui dirige et contrôle tout par essence. Le mental est très utile mais lorsqu'il est à sa place. Car il peut devenir tyrannique, capricieux, infantile lorsqu'on lui laisse trop la main pour construire nos vies.
Sâchons écouter la mélodie de la vie qui chantonne à nos oreilles, à l'oiseau qui gazouille, à l'eau qui s'écoule. Prenons conscience de tout ce qui nous environne, de l'aliment que nous mangeons en le savourant et retrouvant tout le temps de le faire, de la matière que nous effleurons, des corps que nous caressons, des mains que nous serrons. Retrouvons la conscience des odeurs que nous inspirons, de la fleur éclose qui embaume, de l'image qu'elle a, de sa forme, de sa perfection. Du temps dont elle a besoin pour pousser tellement à notre image. C'est comme cela que nous retrouverons le bonheur d'être en vie et d'accorder de l'importance à ce qui nous est cher. Nos proches, notre vie, notre harmonie, la nature et la terre qui nous nourrissent.

Arrêtons de croire aux discours ambiants devenus tellement discordants.
La vision de nos vies alliées aux actions que nous entreprendrons nous mêneront précisément à notre mission.
Partagez, aimez, commentez l'article...
Bonne route à vous toutes et tous !

J'ai apprécié cet article

Je soutiens l'auteur





J'adore ce que vous faîtes : continuez !



Lorsque la parole est d'or, chaque mot est une pépite

_L'art de l'écoute c'est surtout savoir se taire_

Avant la parole se trouve l'écoute. Nos deux oreilles ne sont pas les seuls moyens qui la permette. Ecouter avec nos corps, nos sens, nos gestes, avec toute notre énergie pour dépasser la résistance mentale. C'est offrir à l'autre toute notre attention pour lui envoyer un message de disponibilité et donc d'écoute et de compréhension. Notre interlocuteur avec lequel nous serons réellement connecté nous accordera alors spontanément luis aussi son écoute et potentiellement sa confiance. Il jettera les bases d'une communication offrant à chacun mesure, assurance et complémentarité. Tout le travail de celui qui veut faire passer un message consiste implicitement à connaître l'auditoire, le contexte, les difficultés potentiellement présentes, les aspirations, les émotions qu'il souhaite susciter. Tout ceci surtout pas pour manipuler ni pour tirer profit de manière égocentrique, mais plutôt dans un esprit de co-création, de partage de savoir et d'expérience. Tout l'enjeu est d'être sincère, vrai et ouvert d'esprit. Savoir écouter c'est l'art de ceux qui savent se taire.

_Nos émotions sont la porte ouverte vers notre âme

Le rôle des émotions

Bien qu'il soit parfois difficile de trouver les mots pour exprimer certaines émotions ou certains sentiments, la parole est un outil d'une puissance infinie. Lorsque nous sommes alignés, congruents et assertifs, les mots sont des portes qui nous permettent de communiquer par l'âme. Ils constituent un moyen de transmettre notre état d'esprit, notre façon de nous comporter, notre manière de montrer aux autres qui nous sommes vraiment. Ils ont pour objet de porter en eux l'essence même de qui nous sommes.

Le sens caché des lettres et des mots

Comment utiliser notre parole pour inspirer et être un modèle pour nos entourage personnel et professionnel ? Le poids et le sens caché de chaque lettre, les combinaisons qui composent les mots, les associations que nous en faisons permettent à nos messages d'être l'essence même de ce que nous exprimons. Donner à notre parole tout son poids implique une écoute parfaite en amont. Comment pourrions-nous être compris si l'on accorde pas à l'autre une écoute, une empathie, un niveau de compassion à la hauteur de ce que notre interlocuteur attend dès qu'il s'exprime ? Dans ce cas précis, notre parole, qui est notre premier média, sera juste.

8

La communication initiale

Dès notre naissance nous manifestons déjà nos besoins au travers de nos cris, nos pleurs, nos instincts animaux. Ces premières tentatives de communiquer font émerger nos instincts de survie, notre besoin d'être compris, notre besoin de nous confronter, de rechercher de l'intérêt, d'être déjà reconnu comme un être humain à part entière, d'être soumis aussi à une certaine pression de conformité.

L'or à la bouche est une métaphore que j'aime particulièrement car elle montre bien à quel point on peut faire de sa communication un atout qui déplace les montagnes. On peut inspirer, donner envie, fédérer, engager des foules derrière soi lorsque l'on est crédible, légitime et qu'on a la foi, lorsqu'on doit faire avancer une cause, un projet, une passion. Se donner le change en étant celui qui parle et celui qui s'observe offre l'opportunité de se comprendre et surtout de percevoir comment nous sommes accueillis dans notre environnement. Les expressions, attitudes et réactions permettent de nous montrer si nous sommes en accord avec nos interlocuteurs. Les mots sont des fenêtres ouvertes sur les potentiels présents auxquels nous avons accès dans notre propre environnement. Le ton, le débit et la dynamique dans la voix sont autant d'outils pour jouer avec les mots et s'en faire de proches amis. A cela s'ajoute la communication non-verbale dont le sens peut parfois être à l'opposé du verbal. D'où des incompréhensions, des malentendus, des tensions, des conflits possibles.

1. Parole d'or = parole d'homme.

A une époque où l'on pense encore que les paroles s'envolent, on croit forcément que tout écart de langage est rapidement oublié. Erreur. Il est certain que notre culture centrée autour de la rationalisation effrénée, de la standardisation obtue, de l'optimisation de tout et à l'extrême nous conditionne à couper le temps que l'on affecte à notre qualité de communication, à notre qualité relationnelle. Et cette qualité de communication n'est sûrement pas le domaine auquel nous accordons le plus d'importance. Et pourtant...

Incarner une parole entièrement constituée d'or en toute circonstance est un défi et un challenge permanent. Le monde qui nous entoure, le temps qui nous presse, notre entourage qui nous sollicite, les technologies qui nous font nous éparpiller nous incitent à n'accorder que très peu de temps à notre façon de communiquer. Nous partons d'un postulat erroné qui pose comme principes :

- Que seul le message compte, puisque nous n'avons qu'à dire les choses pour être compris

- Rien ne sert de perdre du temps à développer nos capacités relationnelles puisque mail, sms et téléphone sont des outlis qui nous simplifient la vie.

- A quoi bon perdre son temps à parler alors qu'on peut tout dire dans un message ?

Ce type d'approche est totalement destructeur car il réduit le message à son simple sens matériel, à un moyen pour atteindre une fin. Sauf que le fondamental numéro 1 d'un message, c'est la personne qui le transmets.

Sa personnalité, son vécu, sa sensibilité, son sens de l'écoute... Bref c'est ce qui rend justement le message humain et qui lui confère tout son poids et son impact. Comment voulez-vous réussir à créer un lien avec une personne si vous ne lui transmettez rien d'humain ? Engager une personne et lui donner un sens à la tâche qu'il doit effectuer passe bien évidemment par ce qu'il va percevoir lors de la réception du message qu'on lui a transmis. Et c'est là où les émotions sont très importantes et très puissantes car elles servent d'amplificateur au message transmis au cerveau qui va le mémoriser beaucoup plus fortement, instantanément et de façon beaucoup plus durable. Un message auxquel est lié une émotion a un vrai impact alors que quelques mots ou un simple mail...

"Ce que vous êtes me parle si fort que je n'entends pas ce que vous dîtes." Ralph Waldo Emerson

BOOMERANG

2 La parole est un vrai boomerang

Lorsqu'elle est respectueuse, dynamique, enjouée, plaisante elle constitue un moyen extrêmement efficace pour créer la confiance. Cela permet donc de faire passer des messages forts, pour ensuite proposer d'accompagner, d'aider, de conseiller. Elle nous revient alors telle qu'elle nous l'avons envoyé. Elle donnera au destinataire tout un ensemble d'informations, de codes, d'intentions qu'il respectera, qu'il se sera fait siennes et qu'il souhaitera compléter, personnaliser, échanger. Bref celui lui donnera l'envie réelle d'apporter sa contribution pour parfaire un aspect sur lequel il aura une expertise complémentaire et plus poussée.

3 La parole ne se commande pas, elle se donne

"Donner sa parole" est un terme très fort que l'on utilise pas beaucoup voir plus du tout. Cela sonne d'ailleurs un peu vieillot, obsolète. Mais quand on réfléchit un peu plus en détail on peut comprendre que donner sa parole veut dire beaucoup plus que ce que l'on peut comprendre à prime abord. C'est un peu comme si on donnait les clés du Ministère de la Communication de notre Etre intérieur. Donner sa parole c'est mettre en avant des valeurs profondes et réelles à quelqun, c'est lui donner de l'importance, un fort niveau d'écoute, une envie de le satisfaire en se mettant à son niveau. Ce n'est pas forcément pour convaincre ou imposer de façon subtile un point de vue.

 

J'ai apprécié cet article

Je soutiens l'auteur





J'adore ce que vous faîtes : continuez !



 

 

 

Posté par stephanedabas à 23:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Gentillesse, générosité, gratitude : le triplé gagnant !

 

Sans titre

Au soir du 4 novembre, désigné journée de la gentillesse, j'ai eu très envie d'écrire un article parce que le sujet m'inspirait tout particulièrement. Je me demandais si du coup tout les autres jours de l'année allait être un calvaire. Allais-je passer les 364 jours restants à rencontrer que des gens qui prôneraient la méchanceté. Parce qu'en fait, on ne peut pas décréter par une loi (notre système jacobin en serait bien capable ! ) une décision quelconque d'être gentil ou méchant. Les deux pôles de cette attitude sont parsemés de niveaux allant graduellement du meilleur au pire et inversement. Bien-sûr qu'il existe des personnes foncièrement gentilles ou foncièrement méchantes, mais pour celles-là, c'est facile d'avoir des relations avec... ou pas. Ce qui est bien plus compliqué, c'est toutes les nuances qui existent entre les deux, parcequ'on le sait, rien est blanc ou noir, tout est gris. Ce que cela m'a inspiré c'est quand même une sorte de soulagement.

Qui avait bien pu penser prendre l'initiative d'une telle journée ? Est-ce parce qu'on vit tellement dans une période perturbée, déstablilisatrice, violente que la conséquence est cette toute petite compensation ? Ou est-ce simplement parce que ça semble logique de remettre au goût du jour cette valeur tellement obsolète il n'y a encore pas si longtemps ? Est-ce que nous nous rendons compte nous-mêmes de ce que l'on peut renvoyer aux autres à travers des comportements inadaptés, décalés ? Ne pouvons justement pas nous-mêmes nous décréter ce genre de journée tous les matins ? Malgré les soucis, les imprévus, ceux dont on pense qu'ils ne pourront jamais être gentils tellement ils sont "méchants", celles et ceux à qui nous ne parlerons jamais parce que trop différents, ou ceux qui nous ressemblent tellement  qu'on ne les supporte pas !

 

VIDEO. Ils ont réussi grâce à leur gentillesse

A l'occasion de la 8e journée de la gentillesse ce jeudi, 20 Minutes vous prouve que la gentillesse est une qualité précieuse. On a trouvé trois personnes pour nous donner raison. La gentillesse n'est pas toujours synonyme de faiblesse. Amma, Matthieu Ricard,Kevin Zaborney sont des exemples en la matière.

https://fr.news.yahoo.com


https://fr.news.yahoo.com/video-r%C3%A9ussi-gr%C3%A2ce-%C3%A0-gentillesse-120842492.html

bien-être au travail

Bref la gentillesse est une vraie qualité, une vraie valeur quoi qu'en disent certains qui pensent que c'est de la faiblesse, la gentillesse est synonyme d'empathie, d'ouverture sur l'autre, de compréhension, de rapprochement. A nous tous de la cultiver au quotidien pour la faire grandir et ne surtout pas croire qu'elle est acquise. Encore une fois il s'agit d'un état d'esprit, d'une façon d'être qui peut se modifier au gré des humeurs, des épreuves, au fil de ce qui composent nos journées. Ceci étant, plus on est gentil et en amour avec soi-même. Plus on comprend nos modes de fonctionnement et nos réactions, plus on s'intéresse à soi au sens de qui nous sommes vraiment, plus on comprend les autres et leurs souffrances, leurs difficultés, leurs réactions parfois imprévisibles. Tout ceci nous amène à la deuxième grande qualité selon moi de retour : la générosité. En effet la générosité est plus souvent mise en avant à travers tout les système d'entraide associatif. Mais la générosité ce n'est pas forcément donner de l'argent. La plus belle des générosité est celle que l'on construit soi, avec son coeur, ses mains, sa sueur parfois. Juste aider une personne à faire quelque chose, ouvrir son coeur et son écoute à des personnes qui souffrent, qui ont besoin d'une oreille attentive et non "jugeante". La générosité va pour moi avec la gentillesse. La gentillesse est pour moi un état d'esprit, une attitude un peu abstraite et impalpable, alors que la générosité se traduit plutôt en actions, par rapport à des choses plus concrètes. Le fait est, le système a tendance à regarder la taille de la générosité, le montant d'un chèque de don. le nombre d'heure données à quelqun, la quantité de fleurs dans un bouquet etc... N'est pas généreux qui veut, même avec beaucoup d'argent. La vraie générosité, c'est comme la gentillesse, il faut que cela vienne impérativement du COEUR.

BIEN ETRE 2

Troisième qualité intrinsèque au deux autres : la gratitude. Quel plaisir on ressent lorsque l'on exprime de la gratitude, et qu'est ce que ça nous touche lorsqu'un individu exprime de la gratitude à notre égard ! C'est une émotion très puissante et essentielle. Pour ce qui me concerne, elle me met dans un état d'esprit élevé dont la fréquence et la vibration me donne souvent des frissons. Pourquoi ? Parce que nous comprenons que l'autre a compris notre intention de départ et la cause profonde de notre geste initial. La gratitude c'est le résultat logique d'une communication et d'actes accomplis de coeur à coeur, car à cet instant, tout est simple, fluide et harmonieux. Et selon la loi de cause à effet, les pensées que nous émettons nous reviennent, nous attirons ce que nous ressentons, nous créons ce que nous imaginons. Et plus l'intention et la vibration est élevée plus le retour sera impactant. Il existe des techniques simples pour amplifier la gratitude au quotidien : carnet de 5 à 10 choses de la journée pour lesquelles vous éprouvez de la gratitude. Penser à dire merci instantanément à tout ce qui nous arrive dans nos journées même les choses négatives car ce sont elles qui nous feront grandir. Avoir de la reconnaissance pour chaque nouvelle journée qui commence, le fait d'être capable simplement de respirer, de regarder, d'entendre, de toucher, de goûter...

 

Franck Martin : " Etre gentil n'implique pas d'être con "

A l'occasion de la Journée de la gentillesse, l'auteur du " Pouvoir des gentils " estime qu'aucun projet n'aboutit sans relation de confiance. Le Monde | * Mis à jour le | Propos recueillis par Marlène Duretz Aujourd'hui, M. Martin dirige Congruences, une société spécialisée dans la communication et le management des équipes.

http://www.lemonde.fr

 

 

 

 

Posté par stephanedabas à 08:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :