Etre un leader c'est avant tout être l'écrivain de son histoire

 

Première clé : gérer ses émotions

Quelles sont les émotions que nous côtoyons tous les jours ? Joie, colère, tristesse, peur, dégoût, surprise, mépris font partie de notre quotidien la plupart du temps sans nous en rendre compte. D'ailleurs, quelle est celle selon vous, que vous vivez le plus souvent sur une journée ? Ca peut vous aider à comprendre certaines de vos habitudes , de vos comportements, votre état d'esprit, votre façon de réagir face aux évènements. Une émotion est une réaction énergétique à une pensée. Cette pensée est connectée à une croyance elle-même rattachée à un évènement imprimé dans nos circuits neuronaux. Le résultat de ce processus crée les émotions. Or nous avons en général 60000 pensées par jour !

Ces pensées influencent fortement notre vie, surtout lorsqu'elles entraînent ces émotions de par la puissance qu'elles ont sur nous, notre vie et notre corps. Elles génèrent d'ailleurs des réactions chimiques internes qui seront différentes en fonction du sentiment produit et de l'intensité de la mémoire réactivée. Ces émotions sont des informations ultras puissantes de la façon dont nous réagissons à notre environnement, aux situations imprévues, aux personnes. Bref à tout ce qui peut nous perturber et/ou nous déstabiliser. Ces messages que notre corps nous envoie à travers des manifestations de modification de notre pouls, de sueurs, de tremblements, de maux de ventre, sont de très bons signaux à considérer avec soin. Pourquoi ? Parce que ces émotions n'arrivent jamais par hasard ! Elles nous montrent qui nous sommes à l'instant T et disent sur quoi nous devons travailler pour renforcer notre équilibre intérieur et notre niveau de sérénité. Pourquoi ? Parce que cet équilibre va nous permettre de transformer notre vie.

Joël de Rosnay: Epigénétique : comment transformer sa vie

Cela nous permettra :

  • de fuir les personnes, les situations, les jobs, les endroits avec lesquels nous ne sommes pas réellement en phase et en harmonie ;
  • de nous connaitre avec exactitude et donc de savoir précisément ce que nous souhaitons, ce pour quoi nous sommes faits, ce qui nous passionne.

Intéressons-nous à la personne qui prend la parole en public et qui n'aime pas ça. Elle a alors des maux de ventre, commence à bégayer, ne se souvient plus de rien, ou à une envie compulsive et subite d'aller aux toilettes. Son corps est informé directement par son cerveau du malaise créé. La simple pensée d'une situation projetée comme étant inconfortable impacte directement le corps qui se manifeste instantanément ! Mais c'est aussi valable d'un point de vue positif. L'intuition par exemple, même si elle n'est pas liée au cerveau mais au coeur est un de ces signaux. Elle nous prévient bien avant nos sens "communs" de ce qu'il faut faire. Elle est liée directement à notre coeur qui est un organe "électrique" bien plus puissant que le cerveau et qui dégage une énergie colossale qui se manifeste au travers de notre aura. C'est ce champs d'énergie autour de nous qui nous connecte et nous transmets des informations que nous ne comprenons quasiment pas et que nous ne ressentons généralement pas non plus car nous en avons été coupés. C'est toujours la première impression qui est la bonne, les ressentis créés, la joie ou le malaise généré.

Nos émotions sont une chance si on arrive à les écouter, les décoder et les comprendre. Elles sont une aide incroyable lorsque nous arrivons à les reconnaitre et à les apprivoiser pour en faire de puissantes amies. Elle peuvent aussi nous aider à nous dépasser, à faire bouger les lignes et à nous révéler sous notre vrai jour. D'où une prise de conscience sur ce que l'on souhaite changer dans nos vies. Le réel enjeu consiste à ne pas en être l'esclave.

Deuxième clé : le lâcher-prise pour se libérer des peurs et développer l'acceptation

Sortir du contrôle est primordial. Cette volonté que tout soit contrôlable fait que est réducteur :

  • soit nous focalisons sur des éléments négatifs que nous ne voulons plus ce qui est tout sauf constructif.
  • Soi nous refusons d'accueillir de nouvelles situations qui s'offrent à nous parce qu'elles nous ramènent à des expériences négatives.

Ce mode de fonctionnement repose sur le mental et la rationalité. Mais ne passons-nous pas alors à côté de l'essentiel en privilégiant ce mode de fonctionnement ? Vouloir tout contrôler est énergivore, souvent peu constructif, et extrêmement stressant. Vouloir changer sans accepter la nouveauté, c'est antinomique. C'est se mettre dans une logique "statistique" qui nous rend hermétique et étanche justement aux émotions positives que nous pourrions vivre. Tout est question d'équilibre. Subir une émotion peut-être néfaste, ne pas en ressentir du tout l'est tout autant. Le contrôle nous fait sortir du monde réel pour nous faire entrer dans un monde uniquement mental ou tout doit être calibré, mesuré, évalué, jugé pour en valoir la peine. Lâcher-prise c'est tout l'inverse, c'est se permettre l'imprévu, la spontanéité qui ouvre les portes des plus belles surprises. Article de psychologie magazine. Lâcher prise, c'est retrouver la conscience de nous-mêmes en arrêtant de croire que nous sommes les maîtres. Telles les gouttes en nos paumes qui s'enfuient lorsque nous fermons nos mains, le contrôle que nous croyons exercer sur les choses fait qu'elle que finalement elles nous échappent. Lâcher prise ce n'est pas abandonner, au contraire, c'est se mettre en accord avec le fait que parfois, on peut tout faire pour réussir, sauf que cette volonté exagérée et intense nous empêche de parvenir à nos fins. Lâcher prise c'est accepter les choses en acceptant de les perdre. Cela rejoint le don de soi. C'est aussi retrouver la conscience de de qui je suis vraiment, de mes valeurs, de ce qui me convient de cette reconnexion à son être intérieur celui qui sait ce qui est bon pour moi et ce qui ne l'est pas.

Vous pouvez vous abonner à ce blog en haut à gauche sur la page d'accueil, partager, aimer, commenter cet article pour le faire vivre au maximum. Merci à vous !