Les leaders sont en chacun d'entre nous.

LEADERSHIP

Pas besoin d'être manager pour se sentir un vrai leader !

Parait-il que ce qui définit un leader c'est la capacité qu'il a d'indiquer le cap et la vision. Qu'en pensez-vous ? N'est-ce pas réducteur ? Le vrai leader ce n'est pas seulement celui qui l'est pour les autres, c'est surtout celui qui l'est déjà pour lui-même. Etre en harmonie consciente et inconsciente est le propre de celui qui sera en mesure d'inspirer.

Définition d'inspirer : Susciter, provoquer, faire naître chez quelqu'un un sentiment : Inspirer à ses enfants le goût de la lecture. 

Définitions : inspirer - Dictionnaire de français Larousse

inspirer - Définitions Français : Retrouvez la définition de inspirer, mais également la conjugaison de inspirer, ainsi que les synonymes, expressions, citations... - Dictionnaire, définitions, section_expression, conjugaison, synonymes, homonymes, difficultés, citations.

IMG_2710

Etre un modèle
Comment faire naître chez quelqun d'autre ces envies si on est pas soi-même un vrai modèle ? Parce qu'en fait, ce qui caractérise le vrai leader, c'est qu'il n'a pas besoin de montrer ni de dire qu'il l'est. Pas besoin de commander, d'être autoritaire ou de s'exciter. Pas besoin de convaincre non plus. Pas besoin de parler fort ni d'argumenter sans cesse. On le suit. Il incarne pleinement sa vie dans toute sa globalité, tant dans son chemin personnel que professionnel. Il ne joue pas de rôle, il est ce rôle. Et c'est pour cela que les personnes qui ont des promotions due à leur expertise métier n'ont pas forcément la capacité à engager les autres. Ceux-là sont ils réellement en accord avec eux-mêmes ? Sont-ils à l'équilibre réellement ou ont-ils "forcé" pour obtenir cette promotion ? Ont-ils été choisi pour leur capacité à être réellement inspirant ou juste pour les résultats qu'ils ont produit ? Le leader a ses convictions, mais il sait écouter les autres, il a sa vérité mais accepte celle des autres, il est inspirant mais est aussi inspiré par ce qu'il l'entoure. Il donne et reçoit, de façon naturelle et spontanée. Il réfléchit et agit en conscience et en conséquence. Il est fondamentalement dans l'équilibre en permanence. Il est sur sa voie bien que celle-ci puisse évoluer dans le temps. C'est aussi sa capacité à s'autoévaluer qui va lui dire ce qu'il doit changer et faire pour à nouveau être en accord avec lui-même et dans l'équilibre. D'où sa puissance et son influence naturelle.
Cela ne veut pas dire qu'il n'existe pas des leaders sombres ou destructeurs et c'est aussi là tout le problème. Quelle que soit sa voie, il l'incarnera et c'est en cela que chacun doit aussi être un leader pour lui-même car il saura précisément comprendre les intentions de celui qui voudra l'influencer. Pour cela, il est surtout nécessaire d'être à l'écoute non pas seulement avec nos 2 oreilles et notre corps, mais avec tout notre être pour ainsi comprendre l'intention émise et oser dire oui ou non en toutes circonstances.
Notre parcours de vie
Ainsi, nous devons tous être les leaders de nos vies. C'est justement grâce à cela que nous deviendrons inspirants. C'est pour certains naturel, pour d'autres il faut des expériences, des douleurs, des souffrances, des épreuves pour se révéler à leur mission. Nous avons tous notre rôle à jouer sur cette magnifique planète et c'est à chacun de le comprendre et de l'incarner. Les lois de l'univers sont implacables. Elles nous le rappelleront jusqu'à ce qu nous trouvions notre voie. C'est la raison pour laquelle être un leader c'est déjà se trouver soi avant d'aller voir dans l'oeil du voisin. Et c'est souvent le travail de toute une vie. Nous apprenons jusqu'à notre dernier souffle. De notre naissance à notre départ, tout n'est que souffle et inspirations, tout n'est là que pour nous servir et pour nous aider à avancer. Si nous refusons, et que nous nions nos intuitions, notre raison d'être, certains messages nous seront transmis sous forme de contrariétés, de douleurs, de souffrance puis de maladie, d'accidents.
Nous devons impérativement être à l'écoute de nous-mêmes, de ce qui nous fait du bien, ce qui nous amène du plaisir au sens simplicité. Tout ce qui nous apporte de la sérénité, de la sagesse, de l'amour n'est là que pour nous servir. Et les épreuves sont là pour nous. Et oui ! D'où l'expression "un mal pour un bien". Car si on regarde bien nous ressortons grandis des épreuves, des obstacles, des souffrances. Ne dit-on pas aussi "Ce qui ne tue pas rend plus fort" ? Etre leader c'est accepter ces difficultés tel un guerrier, pas celui qui tue mais qui résiste et affronte l'ennemi. C'est aussi être dans la compréhension de leur survenance et dans le message qui se cache derrière. Et ces évènements se produiront jusqu'à ce que nous parvenions à être qui nous sommes vraiment.

6a00e54fef79628834017c34bdb69a970b-800wi

Comment avoir assez de recul pour en avoir conscience ?
En reprenant en mains nos vies justement ! En devenant le seul capitaine à bord. Quitte à faire des choix parfois difficiles dans un premier temps. Parce qu'en faisant cela, nous allons pouvoir redevenir réellement conscients de nos vies. Du sens à lui donner autre que simplement lié au fait de consommer de l'alimentation, du pétrole, des loisirs, du plaisir. Ne plus être soumis à la joie issue de l'achat mais de celle que nous avons en nous de respirer et d'être vivant. De ce don qui nous a été donné, à notre naissance et que nous avons mis de côté, pour des raisons légitimes le plus souvent. Mais il est temps de retrouver notre vraie nature étroitement liée à la richesse de la vie tout simplement. Et pour cela, "Il faut être capable de sortir d'un système pour le comprendre". Bernard Weber. Reprendre conscience de nos vies c'est juste en être réellement conscient, vivre dans nos corps et nos coeurs et pas seulement dans nos têtes. Ne pas toujours vouloir mais aussi être. Etre un coeur qui bat, un corps qui vibre, une tête qui comprend. Pas seulement un mental qui dirige et contrôle tout par essence. Le mental est très utile mais lorsqu'il est à sa place. Car il peut devenir tyrannique, capricieux, infantile lorsqu'on lui laisse trop la main pour construire nos vies.
Sâchons écouter la mélodie de la vie qui chantonne à nos oreilles, à l'oiseau qui gazouille, à l'eau qui s'écoule. Prenons conscience de tout ce qui nous environne, de l'aliment que nous mangeons en le savourant et retrouvant tout le temps de le faire, de la matière que nous effleurons, des corps que nous caressons, des mains que nous serrons. Retrouvons la conscience des odeurs que nous inspirons, de la fleur éclose qui embaume, de l'image qu'elle a, de sa forme, de sa perfection. Du temps dont elle a besoin pour pousser tellement à notre image. C'est comme cela que nous retrouverons le bonheur d'être en vie et d'accorder de l'importance à ce qui nous est cher. Nos proches, notre vie, notre harmonie, la nature et la terre qui nous nourrissent.

Arrêtons de croire aux discours ambiants devenus tellement discordants.
La vision de nos vies alliées aux actions que nous entreprendrons nous mêneront précisément à notre mission.
Partagez, aimez, commentez l'article...
Bonne route à vous toutes et tous !

J'ai apprécié cet article

Je soutiens l'auteur





J'adore ce que vous faîtes : continuez !




Lorsque la parole est d'or, chaque mot est une pépite

_L'art de l'écoute c'est surtout savoir se taire_

Avant la parole se trouve l'écoute. Nos deux oreilles ne sont pas les seuls moyens qui la permette. Ecouter avec nos corps, nos sens, nos gestes, avec toute notre énergie pour dépasser la résistance mentale. C'est offrir à l'autre toute notre attention pour lui envoyer un message de disponibilité et donc d'écoute et de compréhension. Notre interlocuteur avec lequel nous serons réellement connecté nous accordera alors spontanément luis aussi son écoute et potentiellement sa confiance. Il jettera les bases d'une communication offrant à chacun mesure, assurance et complémentarité. Tout le travail de celui qui veut faire passer un message consiste implicitement à connaître l'auditoire, le contexte, les difficultés potentiellement présentes, les aspirations, les émotions qu'il souhaite susciter. Tout ceci surtout pas pour manipuler ni pour tirer profit de manière égocentrique, mais plutôt dans un esprit de co-création, de partage de savoir et d'expérience. Tout l'enjeu est d'être sincère, vrai et ouvert d'esprit. Savoir écouter c'est l'art de ceux qui savent se taire.

_Nos émotions sont la porte ouverte vers notre âme

Le rôle des émotions

Bien qu'il soit parfois difficile de trouver les mots pour exprimer certaines émotions ou certains sentiments, la parole est un outil d'une puissance infinie. Lorsque nous sommes alignés, congruents et assertifs, les mots sont des portes qui nous permettent de communiquer par l'âme. Ils constituent un moyen de transmettre notre état d'esprit, notre façon de nous comporter, notre manière de montrer aux autres qui nous sommes vraiment. Ils ont pour objet de porter en eux l'essence même de qui nous sommes.

Le sens caché des lettres et des mots

Comment utiliser notre parole pour inspirer et être un modèle pour nos entourage personnel et professionnel ? Le poids et le sens caché de chaque lettre, les combinaisons qui composent les mots, les associations que nous en faisons permettent à nos messages d'être l'essence même de ce que nous exprimons. Donner à notre parole tout son poids implique une écoute parfaite en amont. Comment pourrions-nous être compris si l'on accorde pas à l'autre une écoute, une empathie, un niveau de compassion à la hauteur de ce que notre interlocuteur attend dès qu'il s'exprime ? Dans ce cas précis, notre parole, qui est notre premier média, sera juste.

8

La communication initiale

Dès notre naissance nous manifestons déjà nos besoins au travers de nos cris, nos pleurs, nos instincts animaux. Ces premières tentatives de communiquer font émerger nos instincts de survie, notre besoin d'être compris, notre besoin de nous confronter, de rechercher de l'intérêt, d'être déjà reconnu comme un être humain à part entière, d'être soumis aussi à une certaine pression de conformité.

L'or à la bouche est une métaphore que j'aime particulièrement car elle montre bien à quel point on peut faire de sa communication un atout qui déplace les montagnes. On peut inspirer, donner envie, fédérer, engager des foules derrière soi lorsque l'on est crédible, légitime et qu'on a la foi, lorsqu'on doit faire avancer une cause, un projet, une passion. Se donner le change en étant celui qui parle et celui qui s'observe offre l'opportunité de se comprendre et surtout de percevoir comment nous sommes accueillis dans notre environnement. Les expressions, attitudes et réactions permettent de nous montrer si nous sommes en accord avec nos interlocuteurs. Les mots sont des fenêtres ouvertes sur les potentiels présents auxquels nous avons accès dans notre propre environnement. Le ton, le débit et la dynamique dans la voix sont autant d'outils pour jouer avec les mots et s'en faire de proches amis. A cela s'ajoute la communication non-verbale dont le sens peut parfois être à l'opposé du verbal. D'où des incompréhensions, des malentendus, des tensions, des conflits possibles.

1. Parole d'or = parole d'homme.

A une époque où l'on pense encore que les paroles s'envolent, on croit forcément que tout écart de langage est rapidement oublié. Erreur. Il est certain que notre culture centrée autour de la rationalisation effrénée, de la standardisation obtue, de l'optimisation de tout et à l'extrême nous conditionne à couper le temps que l'on affecte à notre qualité de communication, à notre qualité relationnelle. Et cette qualité de communication n'est sûrement pas le domaine auquel nous accordons le plus d'importance. Et pourtant...

Incarner une parole entièrement constituée d'or en toute circonstance est un défi et un challenge permanent. Le monde qui nous entoure, le temps qui nous presse, notre entourage qui nous sollicite, les technologies qui nous font nous éparpiller nous incitent à n'accorder que très peu de temps à notre façon de communiquer. Nous partons d'un postulat erroné qui pose comme principes :

- Que seul le message compte, puisque nous n'avons qu'à dire les choses pour être compris

- Rien ne sert de perdre du temps à développer nos capacités relationnelles puisque mail, sms et téléphone sont des outlis qui nous simplifient la vie.

- A quoi bon perdre son temps à parler alors qu'on peut tout dire dans un message ?

Ce type d'approche est totalement destructeur car il réduit le message à son simple sens matériel, à un moyen pour atteindre une fin. Sauf que le fondamental numéro 1 d'un message, c'est la personne qui le transmets.

Sa personnalité, son vécu, sa sensibilité, son sens de l'écoute... Bref c'est ce qui rend justement le message humain et qui lui confère tout son poids et son impact. Comment voulez-vous réussir à créer un lien avec une personne si vous ne lui transmettez rien d'humain ? Engager une personne et lui donner un sens à la tâche qu'il doit effectuer passe bien évidemment par ce qu'il va percevoir lors de la réception du message qu'on lui a transmis. Et c'est là où les émotions sont très importantes et très puissantes car elles servent d'amplificateur au message transmis au cerveau qui va le mémoriser beaucoup plus fortement, instantanément et de façon beaucoup plus durable. Un message auxquel est lié une émotion a un vrai impact alors que quelques mots ou un simple mail...

"Ce que vous êtes me parle si fort que je n'entends pas ce que vous dîtes." Ralph Waldo Emerson

BOOMERANG

2 La parole est un vrai boomerang

Lorsqu'elle est respectueuse, dynamique, enjouée, plaisante elle constitue un moyen extrêmement efficace pour créer la confiance. Cela permet donc de faire passer des messages forts, pour ensuite proposer d'accompagner, d'aider, de conseiller. Elle nous revient alors telle qu'elle nous l'avons envoyé. Elle donnera au destinataire tout un ensemble d'informations, de codes, d'intentions qu'il respectera, qu'il se sera fait siennes et qu'il souhaitera compléter, personnaliser, échanger. Bref celui lui donnera l'envie réelle d'apporter sa contribution pour parfaire un aspect sur lequel il aura une expertise complémentaire et plus poussée.

3 La parole ne se commande pas, elle se donne

"Donner sa parole" est un terme très fort que l'on utilise pas beaucoup voir plus du tout. Cela sonne d'ailleurs un peu vieillot, obsolète. Mais quand on réfléchit un peu plus en détail on peut comprendre que donner sa parole veut dire beaucoup plus que ce que l'on peut comprendre à prime abord. C'est un peu comme si on donnait les clés du Ministère de la Communication de notre Etre intérieur. Donner sa parole c'est mettre en avant des valeurs profondes et réelles à quelqun, c'est lui donner de l'importance, un fort niveau d'écoute, une envie de le satisfaire en se mettant à son niveau. Ce n'est pas forcément pour convaincre ou imposer de façon subtile un point de vue.

 

J'ai apprécié cet article

Je soutiens l'auteur





J'adore ce que vous faîtes : continuez !



 

 

 

Posté par stephanedabas à 23:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Gentillesse, générosité, gratitude : le triplé gagnant !

 

Sans titre

Au soir du 4 novembre, désigné journée de la gentillesse, j'ai eu très envie d'écrire un article parce que le sujet m'inspirait tout particulièrement. Je me demandais si du coup tout les autres jours de l'année allait être un calvaire. Allais-je passer les 364 jours restants à rencontrer que des gens qui prôneraient la méchanceté. Parce qu'en fait, on ne peut pas décréter par une loi (notre système jacobin en serait bien capable ! ) une décision quelconque d'être gentil ou méchant. Les deux pôles de cette attitude sont parsemés de niveaux allant graduellement du meilleur au pire et inversement. Bien-sûr qu'il existe des personnes foncièrement gentilles ou foncièrement méchantes, mais pour celles-là, c'est facile d'avoir des relations avec... ou pas. Ce qui est bien plus compliqué, c'est toutes les nuances qui existent entre les deux, parcequ'on le sait, rien est blanc ou noir, tout est gris. Ce que cela m'a inspiré c'est quand même une sorte de soulagement.

Qui avait bien pu penser prendre l'initiative d'une telle journée ? Est-ce parce qu'on vit tellement dans une période perturbée, déstablilisatrice, violente que la conséquence est cette toute petite compensation ? Ou est-ce simplement parce que ça semble logique de remettre au goût du jour cette valeur tellement obsolète il n'y a encore pas si longtemps ? Est-ce que nous nous rendons compte nous-mêmes de ce que l'on peut renvoyer aux autres à travers des comportements inadaptés, décalés ? Ne pouvons justement pas nous-mêmes nous décréter ce genre de journée tous les matins ? Malgré les soucis, les imprévus, ceux dont on pense qu'ils ne pourront jamais être gentils tellement ils sont "méchants", celles et ceux à qui nous ne parlerons jamais parce que trop différents, ou ceux qui nous ressemblent tellement  qu'on ne les supporte pas !

 

VIDEO. Ils ont réussi grâce à leur gentillesse

A l'occasion de la 8e journée de la gentillesse ce jeudi, 20 Minutes vous prouve que la gentillesse est une qualité précieuse. On a trouvé trois personnes pour nous donner raison. La gentillesse n'est pas toujours synonyme de faiblesse. Amma, Matthieu Ricard,Kevin Zaborney sont des exemples en la matière.

https://fr.news.yahoo.com


https://fr.news.yahoo.com/video-r%C3%A9ussi-gr%C3%A2ce-%C3%A0-gentillesse-120842492.html

bien-être au travail

Bref la gentillesse est une vraie qualité, une vraie valeur quoi qu'en disent certains qui pensent que c'est de la faiblesse, la gentillesse est synonyme d'empathie, d'ouverture sur l'autre, de compréhension, de rapprochement. A nous tous de la cultiver au quotidien pour la faire grandir et ne surtout pas croire qu'elle est acquise. Encore une fois il s'agit d'un état d'esprit, d'une façon d'être qui peut se modifier au gré des humeurs, des épreuves, au fil de ce qui composent nos journées. Ceci étant, plus on est gentil et en amour avec soi-même. Plus on comprend nos modes de fonctionnement et nos réactions, plus on s'intéresse à soi au sens de qui nous sommes vraiment, plus on comprend les autres et leurs souffrances, leurs difficultés, leurs réactions parfois imprévisibles. Tout ceci nous amène à la deuxième grande qualité selon moi de retour : la générosité. En effet la générosité est plus souvent mise en avant à travers tout les système d'entraide associatif. Mais la générosité ce n'est pas forcément donner de l'argent. La plus belle des générosité est celle que l'on construit soi, avec son coeur, ses mains, sa sueur parfois. Juste aider une personne à faire quelque chose, ouvrir son coeur et son écoute à des personnes qui souffrent, qui ont besoin d'une oreille attentive et non "jugeante". La générosité va pour moi avec la gentillesse. La gentillesse est pour moi un état d'esprit, une attitude un peu abstraite et impalpable, alors que la générosité se traduit plutôt en actions, par rapport à des choses plus concrètes. Le fait est, le système a tendance à regarder la taille de la générosité, le montant d'un chèque de don. le nombre d'heure données à quelqun, la quantité de fleurs dans un bouquet etc... N'est pas généreux qui veut, même avec beaucoup d'argent. La vraie générosité, c'est comme la gentillesse, il faut que cela vienne impérativement du COEUR.

BIEN ETRE 2

Troisième qualité intrinsèque au deux autres : la gratitude. Quel plaisir on ressent lorsque l'on exprime de la gratitude, et qu'est ce que ça nous touche lorsqu'un individu exprime de la gratitude à notre égard ! C'est une émotion très puissante et essentielle. Pour ce qui me concerne, elle me met dans un état d'esprit élevé dont la fréquence et la vibration me donne souvent des frissons. Pourquoi ? Parce que nous comprenons que l'autre a compris notre intention de départ et la cause profonde de notre geste initial. La gratitude c'est le résultat logique d'une communication et d'actes accomplis de coeur à coeur, car à cet instant, tout est simple, fluide et harmonieux. Et selon la loi de cause à effet, les pensées que nous émettons nous reviennent, nous attirons ce que nous ressentons, nous créons ce que nous imaginons. Et plus l'intention et la vibration est élevée plus le retour sera impactant. Il existe des techniques simples pour amplifier la gratitude au quotidien : carnet de 5 à 10 choses de la journée pour lesquelles vous éprouvez de la gratitude. Penser à dire merci instantanément à tout ce qui nous arrive dans nos journées même les choses négatives car ce sont elles qui nous feront grandir. Avoir de la reconnaissance pour chaque nouvelle journée qui commence, le fait d'être capable simplement de respirer, de regarder, d'entendre, de toucher, de goûter...

 

Franck Martin : " Etre gentil n'implique pas d'être con "

A l'occasion de la Journée de la gentillesse, l'auteur du " Pouvoir des gentils " estime qu'aucun projet n'aboutit sans relation de confiance. Le Monde | * Mis à jour le | Propos recueillis par Marlène Duretz Aujourd'hui, M. Martin dirige Congruences, une société spécialisée dans la communication et le management des équipes.

http://www.lemonde.fr

 

 

 

 

Posté par stephanedabas à 08:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :