LEADERSHIP

Pas besoin d'être manager pour se sentir un vrai leader !

Parait-il que ce qui définit un leader c'est la capacité qu'il a d'indiquer le cap et la vision. Qu'en pensez-vous ? N'est-ce pas réducteur ? Le vrai leader ce n'est pas seulement celui qui l'est pour les autres, c'est surtout celui qui l'est déjà pour lui-même. Etre en harmonie consciente et inconsciente est le propre de celui qui sera en mesure d'inspirer.

Définition d'inspirer : Susciter, provoquer, faire naître chez quelqu'un un sentiment : Inspirer à ses enfants le goût de la lecture. 

Définitions : inspirer - Dictionnaire de français Larousse

inspirer - Définitions Français : Retrouvez la définition de inspirer, mais également la conjugaison de inspirer, ainsi que les synonymes, expressions, citations... - Dictionnaire, définitions, section_expression, conjugaison, synonymes, homonymes, difficultés, citations.

IMG_2710

Etre un modèle
Comment faire naître chez quelqun d'autre ces envies si on est pas soi-même un vrai modèle ? Parce qu'en fait, ce qui caractérise le vrai leader, c'est qu'il n'a pas besoin de montrer ni de dire qu'il l'est. Pas besoin de commander, d'être autoritaire ou de s'exciter. Pas besoin de convaincre non plus. Pas besoin de parler fort ni d'argumenter sans cesse. On le suit. Il incarne pleinement sa vie dans toute sa globalité, tant dans son chemin personnel que professionnel. Il ne joue pas de rôle, il est ce rôle. Et c'est pour cela que les personnes qui ont des promotions due à leur expertise métier n'ont pas forcément la capacité à engager les autres. Ceux-là sont ils réellement en accord avec eux-mêmes ? Sont-ils à l'équilibre réellement ou ont-ils "forcé" pour obtenir cette promotion ? Ont-ils été choisi pour leur capacité à être réellement inspirant ou juste pour les résultats qu'ils ont produit ? Le leader a ses convictions, mais il sait écouter les autres, il a sa vérité mais accepte celle des autres, il est inspirant mais est aussi inspiré par ce qu'il l'entoure. Il donne et reçoit, de façon naturelle et spontanée. Il réfléchit et agit en conscience et en conséquence. Il est fondamentalement dans l'équilibre en permanence. Il est sur sa voie bien que celle-ci puisse évoluer dans le temps. C'est aussi sa capacité à s'autoévaluer qui va lui dire ce qu'il doit changer et faire pour à nouveau être en accord avec lui-même et dans l'équilibre. D'où sa puissance et son influence naturelle.
Cela ne veut pas dire qu'il n'existe pas des leaders sombres ou destructeurs et c'est aussi là tout le problème. Quelle que soit sa voie, il l'incarnera et c'est en cela que chacun doit aussi être un leader pour lui-même car il saura précisément comprendre les intentions de celui qui voudra l'influencer. Pour cela, il est surtout nécessaire d'être à l'écoute non pas seulement avec nos 2 oreilles et notre corps, mais avec tout notre être pour ainsi comprendre l'intention émise et oser dire oui ou non en toutes circonstances.
Notre parcours de vie
Ainsi, nous devons tous être les leaders de nos vies. C'est justement grâce à cela que nous deviendrons inspirants. C'est pour certains naturel, pour d'autres il faut des expériences, des douleurs, des souffrances, des épreuves pour se révéler à leur mission. Nous avons tous notre rôle à jouer sur cette magnifique planète et c'est à chacun de le comprendre et de l'incarner. Les lois de l'univers sont implacables. Elles nous le rappelleront jusqu'à ce qu nous trouvions notre voie. C'est la raison pour laquelle être un leader c'est déjà se trouver soi avant d'aller voir dans l'oeil du voisin. Et c'est souvent le travail de toute une vie. Nous apprenons jusqu'à notre dernier souffle. De notre naissance à notre départ, tout n'est que souffle et inspirations, tout n'est là que pour nous servir et pour nous aider à avancer. Si nous refusons, et que nous nions nos intuitions, notre raison d'être, certains messages nous seront transmis sous forme de contrariétés, de douleurs, de souffrance puis de maladie, d'accidents.
Nous devons impérativement être à l'écoute de nous-mêmes, de ce qui nous fait du bien, ce qui nous amène du plaisir au sens simplicité. Tout ce qui nous apporte de la sérénité, de la sagesse, de l'amour n'est là que pour nous servir. Et les épreuves sont là pour nous. Et oui ! D'où l'expression "un mal pour un bien". Car si on regarde bien nous ressortons grandis des épreuves, des obstacles, des souffrances. Ne dit-on pas aussi "Ce qui ne tue pas rend plus fort" ? Etre leader c'est accepter ces difficultés tel un guerrier, pas celui qui tue mais qui résiste et affronte l'ennemi. C'est aussi être dans la compréhension de leur survenance et dans le message qui se cache derrière. Et ces évènements se produiront jusqu'à ce que nous parvenions à être qui nous sommes vraiment.

6a00e54fef79628834017c34bdb69a970b-800wi

Comment avoir assez de recul pour en avoir conscience ?
En reprenant en mains nos vies justement ! En devenant le seul capitaine à bord. Quitte à faire des choix parfois difficiles dans un premier temps. Parce qu'en faisant cela, nous allons pouvoir redevenir réellement conscients de nos vies. Du sens à lui donner autre que simplement lié au fait de consommer de l'alimentation, du pétrole, des loisirs, du plaisir. Ne plus être soumis à la joie issue de l'achat mais de celle que nous avons en nous de respirer et d'être vivant. De ce don qui nous a été donné, à notre naissance et que nous avons mis de côté, pour des raisons légitimes le plus souvent. Mais il est temps de retrouver notre vraie nature étroitement liée à la richesse de la vie tout simplement. Et pour cela, "Il faut être capable de sortir d'un système pour le comprendre". Bernard Weber. Reprendre conscience de nos vies c'est juste en être réellement conscient, vivre dans nos corps et nos coeurs et pas seulement dans nos têtes. Ne pas toujours vouloir mais aussi être. Etre un coeur qui bat, un corps qui vibre, une tête qui comprend. Pas seulement un mental qui dirige et contrôle tout par essence. Le mental est très utile mais lorsqu'il est à sa place. Car il peut devenir tyrannique, capricieux, infantile lorsqu'on lui laisse trop la main pour construire nos vies.
Sâchons écouter la mélodie de la vie qui chantonne à nos oreilles, à l'oiseau qui gazouille, à l'eau qui s'écoule. Prenons conscience de tout ce qui nous environne, de l'aliment que nous mangeons en le savourant et retrouvant tout le temps de le faire, de la matière que nous effleurons, des corps que nous caressons, des mains que nous serrons. Retrouvons la conscience des odeurs que nous inspirons, de la fleur éclose qui embaume, de l'image qu'elle a, de sa forme, de sa perfection. Du temps dont elle a besoin pour pousser tellement à notre image. C'est comme cela que nous retrouverons le bonheur d'être en vie et d'accorder de l'importance à ce qui nous est cher. Nos proches, notre vie, notre harmonie, la nature et la terre qui nous nourrissent.

Arrêtons de croire aux discours ambiants devenus tellement discordants.
La vision de nos vies alliées aux actions que nous entreprendrons nous mêneront précisément à notre mission.
Partagez, aimez, commentez l'article...
Bonne route à vous toutes et tous !

J'ai apprécié cet article

Je soutiens l'auteur





J'adore ce que vous faîtes : continuez !