st ex

Un problème collectif d'entreprise où chacun peut agir à son niveau ?

Bien que nous sachions que le burnout résulte souvent de facteurs qui émanent de l’organisation et qu’il est vécu comme une perte d’affirmation, de confiance et d’estime de soi, il s’avère nécessaire de mettre en place des actions après avoir ressenti les premiers symptômes qui le caractérisent : pertes de mémoire, difficulté à se concentrer, insomnies…

La priorité : agir par soi et sur soi pour se retrouver, s’occuper de soi, s’octroyer des moments pour respirer, pour diminuer le stress et la pression, donner à son bureau un nouvel aspect plus à son image, se prévoir des moments pour utiliser la cohérence cardiaque, réfléchir aux personnes avec qui j’ai des affinités et voir comment communiquer avec elles…

Se prémunir c’est garder une grande confiance en soi. Ne pas tomber ni dans l’abattement, ni dans la colère ou la fuite est primordial. Savoir s’affirmer et oser dire les choses pour ne pas les ruminer, être assertif et congruent tout en étant dans l’écoute de l’autre. Comprendre le langage non-verbal pour mieux appréhender l’autre permettra de bâtir des scénarios efficaces pour être à même de communiquer efficacement et d’imposer son point de vue face à une personne toxique ou non. Pour cela, il est nécessaire de connaitre les 4 étapes qui construiront un véritable plan d’action :

- 1ère étape : la prise de conscience de soi et du rôle que nous jouons dans le processus qui peut mener au BO

- 2ème étape : réflexion et reconnexion à soi, à qui on est, ce qui nous construit, ce que l’on ne souhaite surtout pas et ce que l’on veut vraiment

- 3ème étape : le conseil et l’accompagnement,

- 4ème étape : le retour à la vie sociale et active.

 

colombe

A titre individuel, retrouver l’envie est le premier et le seul enjeu. Ça ne doit pas être un objectif au sens mesurable et quantitatif mais un vrai désir, une vraie envie. Il ne s’agit pas de se forcer, de devoir ou de s’imposer des choses, mais d’en éprouver le besoin. Cette envie sera motivée par un réel désir de s’épanouir au travers une activité ancienne ou nouvelle et pourquoi pas d’un nouveau travail ! Quel changement de paradigme ! Passer du postulat de l’avoir à celui de l’être.

Première grande difficulté : remettre en question sa vie et son propre parcours, perdre certains acquis, certaines facilités ou habitudes, être capable de se remettre à nu pour renaître afin de trouver le sens que l’on veut donner à sa vie pour être en harmonie avec soi-même puis avec les autres.

En fait pour être simple, retrouver l’envie c’est d’abord se retrouver soi.

Et cela passe par une introspection, qui suis-je, comment je me vois, de quoi ai-je vraiment envie dans la vie, qu’est ce qui me crée de la joie, de la satisfaction, qu’est-ce qui me fait réellement vibrer ?

Etre soi-même c’est apprendre à se connaitre, c’est comprendre ses principes, ses valeurs, c’est prendre le risque de reconnaitre ses faiblesses et ses erreurs, ses blessures et ses souffrances, mettre en lumière toute nos zones d’ombre. Cette appréciation de soi, cette prise de conscience et cette connaissance du sens que l’on souhaite développer est déterminant pour une réelle démarche de retour à la vie sociale et active.

 

 Plusieurs approches sont possibles pour entamer un processus de régénération :

- Tout type de méditation (pas forcément religieuse mais spirituelle)

- Changement d’alimentation

- Sport

- Yoga

- Groupes de parole

- Psychothérapie

- Stages de développement personnel

- Communication non-violente

- PNL

- Analyse transactionnelle…

 

Ces outils ont tous un point commun : calmer le mental et l’égo et retrouver l’énergie.

Le sport le yoga la méditation pour apaiser l’esprit, le sport le yoga ou les autres activités physiques pour laisser s’exprimer le corps, les stages de développement personnel l’analyse transactionnelle la PNL les groupes de paroles pour renforcer ses qualités relationnelles et sa communication. Une alimentation équilibrée pour retrouver l’énergie notamment au travers d’aliments crus.

Activez La Cohérence Cardiaque (Pratique)

Cette remise en question peut-être plus ou moins profonde selon les personnes, leur vécu et leur parcours.

Et s’occuper de soi ne veut pas dire être égoïste, cela veut dire être en paix avec soi-même pour apporter le meilleur de façon durable et pérenne aux autres dans la limite de bonnes conditions de travail et de respect mutuel.

roi

Le bien-être au travail un enjeu avant tout financier ?

Au niveau collectif, l’enjeu pour les entreprises est de taille. Entre l’absentéisme, le présentéisme, le coût du stress, les problèmes d’ATMP, les retards de production, de délais, les défauts de fabrication les démissions de salariés formés, les licenciements, les procédures prud’homales les coûts peuvent être démesurés. Sans compter le coût du burnout lui-même. Tout cela représente un gros manque à gagner au plan financier et une perte encore plus grande en terme d’image.

Pour les entreprises il semble tout autant indispensable d’entamer une démarche active de prévention des risques psychosociaux et du burnout en mettant en place différentes actions. Tout d’abord établir un état des lieux précis de la situation pour favoriser une vraie prise de conscience collective des manques de chacun. Laisser émerger les problèmes reconnaitre ses erreurs, mesurer enfin les responsabilités à tous les niveaux va permettre de jeter les bases d’un nouvel état d’esprit et de recréer un fort engagement derrière des valeurs et des principes forts qui ont fait la réussite de l’entreprise.

Seule difficulté : le tabou enraciné que représente à la fois la peur de reconnaitre l’incapacité de l’entreprise à créer une atmosphère de travail agréable et celle d’obliger ceux qui la dirige à se voir dans le miroir. Qui sera prêt à se remettre en question, à reconnaître sa part de responsabilité à constater les vraies raisons de tel ou tel échec ayant amené progressivement la société à mettre les personnes sous stress avec l’interdiction d'échouer ? Alors, qui est volontaire, quand est-ce que l’on passe à l’action ? On est pas obligé d’attendre que le signal d’alarme soit tiré, on peut agir AVANT !

Et c’est toute la problématique humaine : toute action ne doit pas naître du stress ni de la souffrance mais de l’envie d’aller vers le meilleur pour soi-même et pour les autres !